Le Théâtre Académique de Gil Vicente (TAGV) marquera 60 ans d’activité à Coimbra avec un cycle d’activités qui comprend le théâtre, la musique, le débat, le cinéma et la danse, dans un programme qui vise à atteindre différents publics.

Le cycle, qui se déroule du 17 septembre au 16 décembre, présente des propositions dans les domaines artistiques les plus variés qui sont habituellement présents dans la programmation du TAGV, cherchant également à représenter l’identité de ce théâtre, a déclaré à Lusa le directeur de l’institution, Fernando Matos de agence Oliveira.

« Nous avons organisé des événements qui pourraient toucher différents publics, que ce soit dans le contexte universitaire, de la ville ou de la région », a-t-il expliqué, notant qu’il existe des propositions qui cherchent à explorer cette « relation très étroite » avec la ville de Coimbra.

Le 2 octobre, le TAGV accueille la pièce « Catarina et la beauté de tuer des fascistes », de Tiago Rodrigues, un spectacle « représentatif de la force de la création portugaise contemporaine », a-t-il souligné.

Les 21 et 22 du même mois, il sera temps pour la compagnie espagnole Nau d’amores de monter sur scène, qui présente « Nise, La Tragédia d’Inés de Castro », un spectacle basé sur l’œuvre Jerónimo Bermúdez et explorant le mythe qui marque la ville de Coimbra.

TAGV accueillera également le 9 octobre le spectacle de danse « Bate Fado », de Jonas&Lander, dans lequel la relation entre la danse, le fado et les claquettes est explorée, dans un exercice qui a également des « résonances » de Coimbra, en impliquant une résidence dans la ville, a noté Fernando Matos de Oliveira.

Un concert autour d’œuvres récentes de trois générations de compositeurs par l’Ensemble Sond’Ar-te, une performance de l’Orquestra Todos, des séances de lecture de poésie, deux congrès internationaux (un sur l’art et la science et un autre sur les relations entre la production et la création) et une nouvelle édition de Coimbra em Blues sont d’autres propositions dans le cycle commémoratif du TAGV.

Entre le 1er et le 2 décembre, le théâtre présentera également le « Monologue d’une femme appelée Maria avec sa maîtresse », de l’actrice Sara Barros Leitão, un spectacle sur les femmes qui travaillent dans le nettoyage et leur lutte syndicale.

Célébrant ses 60 ans d’activité, les enjeux du TAGV concernent aujourd’hui « la pérennité, la diversité, mais aussi les enjeux de la création contemporaine », a noté le directeur du théâtre.

« TAGV veut se maintenir comme un lieu pertinent dans la programmation artistique contemporaine et aussi comme ce lieu d’interface entre l’art et le monde universitaire », a-t-il souligné.

JGA // TDI

Le contenu Teatro Académico de Gil Vicente célèbre ses 60 ans avec un cycle d’activités apparaît d’abord à Visão.