Au cours de cette période, il y a eu une réduction de 8,2 points de pourcentage de la prévalence du surpoids chez les enfants âgés de six à huit ans (de 37,9 % en 2008 à 29,7 % en 2019) et de 3,3 % de l’obésité infantile (de 15,3 % à 11,9 %, respectivement), selon l’étude COSI Portugal, système de surveillance de la nutrition infantile intégré dans l’étude Childhood Obesity Surveillance Initiative de l’OMS/Europe, coordonnée par l’Institut national de la santé Doutor Ricardo Jorge (INSA).

Les données les plus récentes du 5e cycle du COSI, qui confirment la tendance à la baisse de la prévalence de ce problème au Portugal, ont été présentées lors de la première « Conférence du Centre de collaboration de l’Organisation mondiale de la santé sur la nutrition infantile et l’obésité », qui est qui se déroule à l’INSA, à Lisbonne, et qui vise à marquer les cinq années de collaboration de l’Institut avec l’OMS.

« Depuis 2008, nous observons une tendance inversée de la prévalence du surpoids et de l’obésité infantile et de l’obésité dans toutes les régions », a déclaré à l’agence Lusa Ana Rito, chercheuse INSA et coordinatrice de l’étude qui implique 44 pays et étudie plus d’un demi-million. d’enfants tous les trois ans.

Ana Rito a noté que, lors du premier tour de l’étude en 2008, le Portugal était le deuxième pays avec la prévalence la plus élevée de surpoids et d’obésité infantile et maintenant « se situe exactement dans la moyenne européenne ».

« C’était un progrès absolument positif et bien sûr le pays est à féliciter, mais nous continuons avec un enfant sur trois souffrant de ce problème de surpoids » qui pourrait rapidement évoluer vers l’obésité, a-t-il prévenu.

Selon l’étude, les Açores (35,9%), Madère (31,7%) et le Nord (31,3%) étaient les régions avec la plus forte prévalence de surpoids et l’Algarve la plus faible (21,8% %).

Les prévalences les plus élevées d’obésité infantile ont été observées dans le Nord (12,3%), le Centre (13,4%), Madère (13,7%) et les Açores (17,9%) et les plus faibles en Alentejo (9,6%).

La prévalence du surpoids et de l’obésité infantile est plus fréquente chez les garçons (29,6 % – 13,2 %) que chez les filles (29,7 % – 10,6 %), respectivement.

Comme on l’a vu lors des cycles précédents, la prévalence de l’obésité infantile augmente avec l’âge, atteignant 15,7% des enfants de 8 ans, dont 4,9% d’obésité sévère, et 10,7% des enfants de 6 ans, dont 2, 6% sévèrement obèse.

Concernant la prévalence de l’insuffisance pondérale, les données indiquent qu’« elle est restée silencieuse et constante au cours des huit dernières années, malgré la grave crise économique qu’a connue le Portugal au cours de cette décennie ».

L’étude affirme que « l’évolution positive [de Portugal], et encore peu fréquente dans d’autres régions internationales, peut résulter de diverses initiatives menées par l’État portugais, par des professionnels du Service national de santé et des parties intéressées en la matière ».

COSI Portugal a impliqué 8 845 enfants de 228 écoles dans le 1er cycle de l’éducation de base, au cours de l’année scolaire 2018/2019, le plus grand échantillon de toutes les étapes à ce jour.

Plus de 8 000 familles portugaises ont été invitées à participer à cette étude, qui a servi à l’élaboration de politiques nationales et régionales, a déclaré Ana Rito, illustrant que le taux appliqué aux boissons non alcoolisées était étayé par les données du COSI qui donnent « une vue d’ensemble » de em variables au niveau de la consommation alimentaire de l’enfant, de la pratique de l’activité physique et d’autres variables liées à l’environnement familial et scolaire.

HN // SB

Lusa/Fin

Le contenu Le surpoids et l’obésité infantile diminuent au Portugal mais touchent encore 30% des enfants apparaît en premier à Visão.