A l’issue de la réunion du banc parlementaire socialiste, il a été demandé à Brilhante Dias si le banc était au courant des décisions annoncées mercredi par le ministère de l’Infrastructure concernant le futur aéroport de Lisbonne et dont le Premier ministre a ordonné la révocation aujourd’hui.

« Le groupe parlementaire PS ne savait pas, mais il n’avait pas à savoir, la direction et la conduite du gouvernement est une responsabilité exclusive du Premier ministre, ce n’est pas une affaire qui concerne le groupe parlementaire », a-t-il dit.

Et à la question de savoir si le ministre Pedro Nuno Santos a des conditions pour rester au gouvernement, le leader parlementaire du PS a donné exactement la même réponse.

« La conduite et les orientations du gouvernement relèvent exclusivement du Premier ministre », a-t-il déclaré.

« Le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement et, le moment venu et selon son agenda, dira ce qu’il voudra », a-t-il ajouté, assurant que le sujet n’était pas abordé en séance parlementaire.

Le Premier ministre, António Costa, a ordonné aujourd’hui la révocation de l’ordonnance publiée mercredi sur la solution aéroportuaire pour la région de Lisbonne et a réaffirmé qu’il souhaitait une négociation et un consensus avec l’opposition à ce sujet.

Dans le communiqué, le Premier ministre « réaffirme que la solution doit être négociée et convenue avec l’opposition, en particulier avec le principal parti d’opposition et, en aucun cas, sans information appropriée du président de la République ».

« Il appartient au Premier ministre de garantir l’unité, la crédibilité et la collégialité de l’action gouvernementale. Le Premier ministre procédera, dans les meilleurs délais, à l’audition du chef de file du PSD qui entrera en fonctions ce week-end pour définir la procédure appropriée pour une décision nationale, politique, technique, environnementale et économiquement soutenue », ajoute le communiqué.

Mercredi, un arrêté signé par le secrétaire d’État aux Infrastructures, Hugo Santos Mendes, a été publié dans le Diário da República sur la « définition des procédures liées au développement de l’évaluation environnementale stratégique du plan d’expansion de la capacité aéroportuaire de la région de Lisbonne ». ”.

Entre autres mesures, la commande détermine «l’étude de la solution visant à construire l’aéroport de Montijo, en tant qu’infrastructure de transition, et le nouvel aéroport« autonome »à Campo de Tiro de Alcochete, dans ses différents domaines techniques».

Le ministère de l’Infrastructure a annoncé que la nouvelle solution aéroportuaire pour Lisbonne impliquait la construction d’un nouvel aéroport à Montijo d’ici 2026 et la fermeture de l’aéroport Humberto Delgado, lorsque celui d’Alcochete a été achevé, en 2035.

Le président élu du PSD, Luís Montenegro, « n’a été informé de rien » des plans du gouvernement pour le nouvel aéroport, a-t-il déclaré à la source proche de l’ancien chef du Parlement, en réponse à l’agence Lusa.

Le Premier ministre, António Costa, avait déclaré au parlement la semaine dernière qu’il attendait la décision du président élu du PSD, Luís Montenegro, sur l’emplacement du nouvel aéroport de Lisbonne afin qu’il y ait « un consensus national suffisant » avec en vue d’une décision « définitive et irréversible » à ce sujet.

Interrogé par des journalistes à ce sujet, le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a déclaré ignorer les « contours concrets » de la nouvelle solution aéroportuaire du gouvernement pour la région de Lisbonne, notant qu' »elle a maintenant été ajustée », et a refusé de commenter sans commentaire avoir plus d’informations.

SMA (PMF/JNM/SMA/IEL) // SF