« Récemment, concernant le débat qui a eu lieu sur la localisation géographique d’un organe du pouvoir politique, on a dit qu’aucun endroit au Portugal ne serait indigne de le recevoir. C’est le raisonnement qui s’applique aux musées », a défendu Marcelo Rebelo de Sousa, au Museu do Caramulo, Tondela.

Le président de la République s’exprimait lors de la réouverture du Museu do Caramulo et de l’inauguration d’une extension dédiée à l’automobile appelée `Caramulo Experience Center’, à Serra do Caramulo, à Tondela, district de Viseu.

« J’ai heureusement observé que les autorités municipales, la société civile, les entreprises, les fondations, les mécènes comprennent qu’une enceinte ou une collection n’est pas diminuée si elles sont en dehors de Lisbonne ou de Porto », a-t-il poursuivi.

En ce sens, il a ajouté qu' »il y a même un certain militantisme pour cette dimension territoriale » de ce qu’on appelle la « démocratisation culturelle » avec « l’idée que tous les citoyens, où qu’ils soient, ont droit à la culture, y compris les plus canoniques ou les plus exigeants, ou les plus contemporains ».

« C’est pourquoi il y a des soi-disant petits musées qui sont encore ambitieux ; des musées moins connus et pourtant incontournables ; des musées qui font leur travail en s’attendant à ce que les autres y prêtent attention, même si ce n’est pas toujours le cas », a-t-il souligné.

Marcelo Rebelo de Sousa a même déclaré que « l’une des expériences les plus enrichissantes des voyages que le président de la République effectue à travers le pays est la rencontre avec la diversité culturelle et, surtout, avec la ténacité culturelle ».

Le chef de l’Etat a également souligné que « tout le monde a tendance à parler » que ce soit dans les médias ou même dans le domaine du tourisme, « dans les grands centres urbains, les grandes institutions et les attractions évidentes ».

«Mais une grande partie du Portugal culturel, comme il ne pouvait manquer d’être dans une nation laïque, est un patrimoine: églises, châteaux, piloris, bibliothèques, archives, musées qui, par leur nature, vivent loin non seulement de Lisbonne et de Porto, mais loin sous les feux de la rampe », considérait-il.

En ce sens, le Musée Caramulo a souligné qu’il a « dans ce contexte, cet intérêt immédiat, avec un deuxième bâtiment construit de toutes pièces, de fonctionner comme musée en 1959, ce qui représente une étape importante dans le panorama muséologique portugais ».

Aujourd’hui, lors de la réouverture de la « rénovation totale, large et transversale » que les deux bâtiments du musée ont subi ces trois dernières années et lors de l’inauguration d’une extension, un troisième espace dédié à l’automobile, le Président n’a ménagé aucun éloge et souvenirs partagés.

Lors de la visite au `Caramulo Experience Center’, où se trouvent actuellement certaines des voitures les plus emblématiques du Museu do Caramulo, Marcelo Rebelo de Sousa a admis qu’il collectionnait des voitures.

« Vous savez que j’avais même une mini-collection de voitures en demi avec un ami, il l’a financée et j’ai choisi. Ça n’a pas marché parce qu’il en avait marre et on s’est retrouvé avec la collecte », raconte-t-il en riant.

Et, avec le président du Museu do Caramulo, Salvador Patrício Gouveia, il a également déclaré qu’il possédait « un Nash Metropolitan de British Leyland, qui a été retiré du navire Hildebrand, qui est allé au fond, et trois ont été retirés ».

« Il n’y en avait que trois et j’en avais un, puis j’ai fini par le vendre à Leiria », a-t-il déclaré.

IYN // SF