« Contrairement au ‘classement’ des commandes nationales, qui révèle un investissement important dans la protection des marques sur le territoire national, notre pays a encore peu d’investissements dans l’internationalisation et la mondialisation des marques portugaises », conclut le « Baromètre Inventa – Marques ‘Made in Portugal’”, réalisé par la société spécialisée dans la protection de la propriété intellectuelle Inventa International.

L’étude montre une « croissance solide du volume de demandes de marques à l’échelle nationale au cours des 20 dernières années », plaçant le Portugal à la deuxième place du « classement par habitant » dans l’Union européenne et au sixième du « classement » global, un résultat très positif résultat Pour le pays ».

Cependant, « au niveau international, le volume des demandes de marques déposées au cours des 20 dernières années n’a pas suivi le volume de la protection nationale des marques déposées ».

En analysant le « classement par habitant » des marques internationales, le Portugal est « modestement » 18e dans le « classement par habitant » et 15e dans le « classement » général.

« Le Portugal assiste progressivement à une augmentation des demandes d’enregistrement de marques, mais avec des comportements différents en termes de demandes nationales et internationales de la part des résidents », lit-on dans l’étude.

Avec un total de 389 875 demandes entre 2001 et 2020, selon les données de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), le pays a réussi à maintenir un volume annuel supérieur à 20 000 marques via la route nationale ces dernières années, une « avancée remarquable  » par rapport au volume annuel d’environ 10 000 demandes dans les années 1990 (1990-1999).

Cependant, note Inventa International, « les demandes de marques internationales sont encore faibles » et « le Portugal a encore un long chemin à parcourir ».

« Seules 20 % des marques portugaises sont demandées à l’international. Avec une moyenne européenne de 46%, les données révèlent que le Portugal a encore un long chemin à parcourir en ce qui concerne l’internationalisation de ses marques, et, par conséquent, de son économie », soutient-il.

Comme il le souligne, « ces indicateurs révèlent que les Portugais sont très concentrés sur le marché national, manquant de manière prévisible de nombreuses opportunités commerciales au niveau international, opportunités dont profitent d’autres pays ».

Au cours des deux dernières années, les classes ayant la plus forte expression en termes d’applications de marque à l’échelle nationale étaient celles relatives à la publicité, au marketing, à l’administration des affaires (classe 35), aux services culturels, éducatifs, de divertissement et d’organisation d’événements (classe 41), aux restaurants, aux cafés et hôtels (classe 43), les boissons alcoolisées, à l’exception des bières (classe 33) et les vêtements et chaussures (classe 25). Ensemble, ils représentaient environ 43 % des classes incluses dans les commandes.

L’analyse d’Inventa International met également en évidence le « top 10 » des titulaires portugais avec le plus grand nombre de demandes de marques entre 2001 et 2020 : Labialfarma-Laboratório de Produtos Farmacêuticos e Nutraceuticos, Modelo Continente Hipermercados et TVI occupent les trois premières positions dans les demandes de marques nationales, tandis qu’EDP, Modelo Continente Hipermercados et Novadelta se distinguent dans les demandes de marques internationales.

En ce qui concerne les plus anciennes marques portugaises encore valables au Portugal, il est possible d’en trouver quelques-unes de plus de 130 ans, provenant pour la plupart d’entreprises viticoles, le classement étant mené par Quinta da Roeda et Real Companhia Vinícola do Norte de Portugal (tous deux avec des commandes datées de 1889) et par Niepoort & Co (1891).

« Cela démontre la grande valeur que peuvent représenter ces actifs, qui peuvent être renouvelés à perpétuité (à condition que les frais de renouvellement soient payés et que l’usage de la marque soit maintenu) », souligne l’étude.

En ce qui concerne également les plus anciennes marques portugaises au monde, la liste est « entièrement menée par des marques de vin avec des commandes de marque passées au 19ème siècle », avec Sogrape Vinhos, Van Zeller’s & Co. et Cristiano José Seabra Van Zeller figurant dans les trois premiers messages.

Selon Inventa, « la classe 33 (vins et autres boissons alcoolisées, à l’exception de la bière) est la classe avec les commandes les plus anciennes d’origine portugaise au niveau international et a maintenu une croissance constante, atteignant son record de commandes au cours de l’année 2019 (plus de 800 demandes de marques déposées hors du Portugal).

Le Royaume-Uni, en revanche, maintient son leadership en tant que pays avec le plus long enregistrement de marques portugaises.

En analysant l’évolution des demandes de marques au Portugal au cours de l’année pandémique 2020, par rapport à 2019, il apparaît que « le volume de demandes de marques nationales (21 471 marques demandées) était assez positif », par rapport aux 21 627 marques demandées en 2019 .

« Une réponse surprenante à une crise qui a beaucoup changé le fonctionnement des marques portugaises », estime Inventa International.

Malgré tout, le volume de demandes de marques internationales auprès de titulaires portugais a diminué de 25 % en 2020, montrant l’impact de la pandémie, « clairement l’Union européenne et le Royaume-Uni » se démarquant comme les principaux marchés, représentant 60 % de la applications de marque, suivis des États-Unis (7 %), du Brésil (6 %) et de la Chine (4 %).

PD // JNM

Le contenu portugais protège les marques sur le marché national, mais investit peu dans l’internationalisation apparaît d’abord à Visão.