Le Portugal produit des déchets plastiques au-dessus de la moyenne européenne, dont une fraction va encore dans les décharges, mais le pays a le potentiel pour plusieurs alternatives durables, explique un chercheur de l’Université d’Aveiro.

« Les emballages plastiques au Portugal représentent 8 % des déchets. Chaque habitant produit environ 40,3 kg par an, au-dessus de la moyenne de l’Union européenne. Nous avons besoin de mesures pour réduire la consommation de plastique, car, si d’autres pays peuvent le faire, nous le ferons aussi », déclare Joana Correia Prata, chercheuse à l’Université d’Aveiro, à l’agence Lusa.

Le pays continue d’envoyer directement « 33 % des déchets à la décharge », qui reste « la forme dominante de traitement des déchets au Portugal », puisqu’il y a aussi des déchets provenant d’autres formes de traitement des déchets, comme le recyclage, qui finissent par aller à la décharge.

« Si l’on considère cela cassé, nous atteignons 58% que nous envoyons à la décharge. C’est encore une part considérable », estime-t-il.

Cela se produit, dans le cas des plastiques, avec des « matériaux très dégradés », qui ne peuvent pas être réutilisés, ou avec des « matériaux qui mélangent différents types de plastiques ».

« Là-bas, ce n’est peut-être pas économiquement possible non plus. Il peut même être recyclé, mais il peut y avoir si peu de ce plastique que ce n’est pas viable. »

Joana Prata admet que « beaucoup de réglementation est nécessaire en matière de plastique, d’additifs », reconnaissant que « l’Union européenne fait un effort », mais que « c’est très difficile ».

« Il existe de nombreux plastiques différents, malgré les grandes catégories de polymères, chaque type de plastique contient un mélange d’additifs dont personne ne sait vraiment ce que c’est, c’est un secret industriel de chaque entreprise. Il est très difficile de tirer des conclusions, car le marché est très grand et il y en a beaucoup. Mais oui, l’idéal était de pouvoir réguler et que tout soit recyclable », conclut-il.

Dans l’étude « La route vers une utilisation durable et la gestion des déchets des plastiques au Portugal », (« La route vers une utilisation et une gestion durables des plastiques au Portugal », en traduction libre) récemment publiée dans la revue Frontiers of Environmental Science & Engineering, le L’équipe de l’Université d’Aveiro a effectué une revue de la littérature dans laquelle elle ajoute « beaucoup d’informations dispersées et facilement accessibles ».

De là, « certaines conclusions sont tirées sur ce qui se passe au Portugal », explique le chercheur et des solutions sont suggérées.

L’ouvrage désormais publié analyse également la balance commerciale portugaise en matière de matières plastiques.

« Le Portugal importe beaucoup de plastiques et exporte également, principalement de l’Union européenne. Ce recyclage et cette valorisation des plastiques, en termes d’énergie ou de matière, apporte de nombreux bénéfices écologiques et économiques ».

Le chercheur souligne que, « si le Portugal était capable de valoriser ces déchets, ce serait une référence au niveau européen ».

« Si cela compte déjà, et que la plupart des déchets que nous recevons sont recyclés – 30,8 % – et une grande partie pour la production d’énergie, nous pouvons augmenter davantage et être une référence au niveau européen ».

Le Portugal a également « un autre domaine dans lequel il peut être une référence », la « production de bioplastiques ».

« Nous avons la partie agroforesterie et marine, nous pouvons produire des bioplastiques à partir de cette matière organique, et donc aussi être une source de bioplastiques pour l’Union européenne. Si nous construisions des bioraffineries et tirions parti de ces substances, nous pourrions aussi avoir une valeur ajoutée pour l’économie », souligne-t-il.

Joana Prata évoque également le problème de la redevance de gestion des déchets, « qui est passée de 11 à 22 euros », mais qui, comme elle est facturée directement au consommateur, « via la facture d’eau », « ne différencie pas qui recycle de qui ne recycle pas, qui produit beaucoup de déchets ou pas ».

« Les municipalités menacent déjà de ne pas récompenser le recyclage, elles ne feront qu’augmenter le tarif pour les consommateurs », mais sans que cette distinction soit faite, allant « à l’encontre de la théorie du pollueur-payeur ».

« Ce taux de déchets pourrait augmenter, peut-être devrait-il le faire, il est inférieur à la moyenne européenne, mais l’augmenter simplement sans aucune mesure pour protéger les consommateurs n’a pas de sens, les municipalités ne feront qu’augmenter le taux pour les consommateurs et ne recycleront plus, ce qui était le but recherché », conclut-il.

Un autre diagnostic évoqué dans l’étude est qu’au Portugal, en 2015 et 2016, « une médiane de 300 déchets par 100 mètres de plage » a été enregistrée, un chiffre qui « est supérieur à la médiane de l’Union européenne de 149 objets.[par100mètres)etbienau-dessusdel’objectifde20articlespar100mètres »[por100metros)emuitoacimadoobjetivode20itenspor100metros”

Le recyclage mécanique « ne pourra pas traiter la question », précise le spécialiste, énumérant d’autres formes d’utilisation, « qui peuvent être énergétiques », via l’incinération, ou, via la pyrolyse, qui permet la production d’hydrogène.

Joana Prata précise que « des études au Portugal qui ont comparé l’incinération avec valorisation énergétique à l’alternative, qui est la mise en décharge de ces déchets, avec un grand impact sur l’environnement », montrent que « l’incinération a un bénéfice écologique » :

D’autre part, la pyrolyse permet de transformer les plastiques « en molécules plus simples ».

« L’avantage de ces techniques est qu’elles disposent d’infrastructures moins chères qu’un incinérateur pour la valorisation énergétique, et permettent, avec d’autres techniques, de produire de l’hydrogène à partir de déchets. Et nous pouvons adhérer au Plan National Hydrogène », détaille-t-il.

Pourtant, le recyclage est « à privilégier, car lorsqu’on incinère, on récupère de l’énergie mais on perd de la matière, il faut la produire à nouveau ».

Toutes ces « sont des options qu’il faut prendre avant d’aller à la décharge », assène le spécialiste.

ILYD // MSP