Pour la troisième année consécutive, dans le cadre de l’opération 30 Days at Sea 3.0, entre le 1er et le 30 mars de cette année, plusieurs autorités / entités nationales autorisées à le faire, ont mené «1 683 actions de surveillance, détection, interception, enquête et / ou inspection visant à lutter contre la pollution maritime », précise les autorités fiscales et douanières dans un communiqué conjoint.

D’une manière générale, l’opération «  30 jours en mer 3.0  » a été encouragée et coordonnée par Interpol, et au niveau européen, elle a également été établie par Europol et Frontex, avec la Garde nationale républicaine (GNR) et l’Autorité maritime nationale (AMN) et Coordination de la police maritime (PM) avec toutes les autorités / entités dont les compétences sont couvertes par les «objectifs proposés ou qui pourraient contribuer de manière significative» au succès national et international.

Dans le cas du Portugal, il y a 441 actions visant la pollution des navires et / ou des installations en mer, avec une infraction détectée, ainsi que 1176 actions menées sur des sources de pollution terrestre ou des ressources en eau ayant un impact sur le milieu marin , vérifiant l’existence de 71 infractions.

En outre, 66 actions ont pour objectif de vérifier l’existence d’un trafic de déchets dans les ports maritimes, dont quatre violations ont fait l’objet d’enquêtes.

À l’international, environ 300 autorités / entités dans 67 pays ont participé à l’opération, avec 34 000 actions en cours.

Il convient de mentionner les quelque 500 infractions résultant de la pollution des navires et / ou des installations en mer, les 1000 infractions aux sources de pollution des terres ou des ressources en eau ayant un impact sur le milieu marin et les 130 infractions de trafic de déchets via les ports maritimes. , lit-on dans le communiqué conjoint.

Bien que ces actions soient conclues, à partir de cette date « de nouvelles actions de sensibilisation seront mises en œuvre au Portugal » par le biais des autorités / entités participant à cette opération et de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) nationales.

«Ces actions seront développées à travers des initiatives variées qui viseront à améliorer la qualité des ressources en eau et de la mer, destinées aux enfants, aux jeunes et aux adultes, avec les adaptations nécessaires à mesure que la situation de la pandémie de covid-19 évolue», lit-on dans le communiqué conjoint note publiée aujourd’hui.

JS // PJA

Le contenu Le Portugal fait plus de 1 600 actions pour lutter contre la pollution maritime apparaît en premier à Visão.