Le ministre de l'Infrastructure a rappelé aujourd'hui que le plan de restructuration de la TAP qui a été remis à la Commission européenne n'est pas définitif et qu'il peut encore subir des modifications, mais qu'il est disponible pour «donner les informations que les travailleurs veulent».

«Le plan n'est pas définitif, il est en cours d'élaboration avec Bruxelles. Il y a une interaction et au cours de cette interaction, il peut y avoir des changements », a réitéré Pedro Nuno Santos, qui est entendu à l'Assemblée de la République, à la Commission de l'économie, de l'innovation, des travaux publics et de l'innovation, comme l'exige le Bloc de gauche (BE).

Cependant, le ministre a assuré que le gouvernement est "absolument disponible" pour fournir aux travailleurs plus d'informations sur le plan qui a été remis à Bruxelles, sous réserve de confidentialité, "pour protéger TAP et leurs emplois".

«Il y a évidemment responsabilité et confidentialité pour les informations qui sont rendues publiques (…) Cela signifie-t-il que les travailleurs n'auront pas accès à l'information? Ne pas! Ont-ils droit? Avoir. Avez-vous un droit de réservation? Ils le font », a ainsi répondu Pedro Nuno Santos aux critiques de certains députés selon lesquelles la Commission européenne en sait plus sur l'avenir de la TAP que le parlement ou les travailleurs.

Le ministre de l'Infrastructure a également souligné que le gouvernement est ouvert à «continuer à travailler avec les travailleurs», dans le sens de «trouver des solutions moins agressives que celles qui sont présentées, mais qui permettent de réaliser des économies suffisantes. l'entreprise survit ».

Le gouvernement a remis jeudi le plan de restructuration de la TAP à la Commission européenne, qui, comme le ministre l'a détaillé vendredi, prévoit le licenciement de 500 pilotes, 750 membres d'équipage de cabine, 450 ouvriers de maintenance et d'ingénierie et 250 des autres zones.

Le plan prévoit également une réduction de 25% de la masse salariale du groupe et du nombre d'avions qui composent le parc de l'entreprise, de 108 à 88 avions.

Comme Lusa l'a signalé en novembre, la TAP proposera aux travailleurs un ensemble de mesures volontaires, qui comprendra des licenciements d'un commun accord, des congés sans solde de longue durée et du travail à temps partiel.

Dans une communication ensuite envoyée aux travailleurs, à laquelle Lusa a eu accès, l'administration a déclaré que "plus l'adhésion est grande, moins il sera nécessaire de décider d'autres mesures à l'avenir".

MPE // VC

Le plan de restructuration du contenu TAP n'est pas définitif et des changements peuvent apparaître en premier dans Visão.