Inês de Sousa Real a souligné l’importance du changement de gouvernance proposé par la motion approuvée au congrès du PAN à un moment où le pays a besoin « d’une vision macro qui protégera et répondra aux faiblesses ». Dans son intervention ce dimanche au VIIIe congrès du parti, la nouvelle dirigeante a également rappelé la préoccupation croissante de la société pour les questions environnementales que le PAN considère comme centrales.

A l’occasion des 10 ans de Peuple-Animaux-Nature et de la motion débattue le week-end dernier au congrès de Tomar, Inês de Sousa Real a rappelé le chemin parcouru par le parti dans ce qu’elle appelle « un panorama si souvent désert d’idées et encore plus de volonté ». dans la politique portugaise.

« Nous sommes arrivés il y a 10 ans et nous sommes toujours là pour apporter notre contribution afin de mettre l’équilibre écologique de la planète en tête des priorités des agendas politiques et publics », a-t-il souligné, soulignant l’importance de garder « les causes d’abord » .

« L’investissement doit être fait dans la promotion et la garantie des droits des personnes, dans le Service national de santé, dans l’aide sociale et dans l’éducation. Dans les droits de l’homme, dans la lutte contre la pauvreté et toutes les formes de discrimination et d’exclusion sociale. Mais aussi dans la santé de notre planète et de nos écosystèmes, sans lesquels notre survie même est menacée », a-t-il poursuivi, garantissant que le parti exigera davantage du Gouvernement dans la négociation du budget de l’Etat pour 2022.

« Nous voulons protéger les océans, les forêts, les animaux, réduire le nombre de personnes à risque et en situation de pauvreté, le nombre de
sans accès à la santé et au travail, rapprocher le salaire minimum de la moyenne européenne et œuvrer à un meilleur nivellement du salaire moyen. Nous voulons également investir davantage et mieux dans la santé, les professionnels de l’éducation, les forces de sécurité, les gardes de la nature et de nombreux autres professionnels clés. Mais nous voulons aussi que l’argent du ‘bazooka européen’ serve à stimuler l’entrepreneuriat et l’économie verte », a-t-il précisé.

La députée a ainsi défendu la motion présentée au Congrès qui, selon elle, prend en compte les appels de la société, notamment des plus jeunes, qui demandent une plus grande conscience environnementale.

« Le PAN quitte ce congrès non seulement comme le parti écologiste, animalier, socialement responsable et juste qu’il était déjà, mais comme un parti certes écocentrique. Contrairement à d’autres forces politiques, nous ne guidons pas nos actions en fonction de notre ego ou de nos ambitions personnelles pour prendre les décisions politiques nécessaires au bien-être des êtres humains et des autres espèces avec lesquelles ils coexistent », a estimé le nouveau dirigeant.

Inês de Sousa Real a ainsi pointé du doigt les prochaines élections municipales, ainsi que les élections régionales et législatives à Madère, garantissant aux électeurs d’avoir une alternative écologique dans le PAN et, surtout, de former le Gouvernement.

« Nous ne nous reposerons pas, nous ne baisserons pas les bras, prendrons les années qu’il faudra, jusqu’à ce que nous atteignions le sommet de l’histoire politique où nous pouvons dire : ce Budget de l’État est un Budget du PAN, ce Gouvernement est un Gouvernement du PAN, ce pays est un pays qui ne laisse personne de côté et qui mise vraiment sur des politiques publiques inclusives et écocentriques qui promeuvent l’interespèce et la dignité intergénérationnelle », a-t-il conclu.

Le leader de la banquette parlementaire a été élu ce week-end porte-parole du parti avec 87,2% des voix, succédant ainsi à André Silva à la direction du PAN. Inês de Sousa Real a souligné l’importance d’avoir une femme de plus à la tête d’un parti national, la cinquième dans l’histoire de la démocratie portugaise, laissant l’espoir que la lutte pour l’égalité des sexes ne doit pas être ignorée, étant donné « l’une des plus grandes formes de discrimination à l’encontre de nos jours ».