Une exposition qui vise à enquêter et à faire connaître la contribution «presque inconnue» des femmes artistes portugaises au développement de l’art céramique au cours des 70 dernières années s’ouvrira en décembre au Museu Nacional do Azulejo (MNAz), à Lisbonne.

« Territoires inconnus : la créativité des femmes dans la céramique moderne et contemporaine portugaise (1950-2020) » sera le titre de cette exposition, qui résulte d’un projet visant à promouvoir le travail d’artistes tels que Maria Keil, Vieira da Silva, Estrela Faria, Maria Emília Araújo , Joana Vasconcelos et Rita et Catarina Almada Negreiros, entre autres.

L’exposition réunira des pièces du musée et des collections publiques et privées, du carrelage aux pièces tridimensionnelles, conçues et/ou exécutées par des femmes qui se sont illustrées dans ce domaine de l’après-guerre à nos jours.

Il présentera également des œuvres de Clotilde Fava, Maria Ana Vasco Costa, Rita João, Teresa Cortez, Felipa Almeida, Cândida Wiggan, Fernanda Fragateiro, Bela Silva, Sonia Sapinho, Ânia Gabriel Abrantes et Graça Morais, entre autres artistes travaillant sur le carrelage et la céramique. .

Le travail développé par les femmes « est dans l’ombre des maîtres et compagnons masculins qui ont collaboré avec elles ou est simplement relégué au niveau secondaire », et « encore aujourd’hui, quoique à plus petite échelle, il y a une appréciation des projets conçus par des artistes masculins. , malgré l’influence et la reconnaissance croissantes du travail réalisé par les femmes », indique un texte sur le cadre de l’exposition, envoyé par le musée à l’agence Lusa.

Par ailleurs, la bibliographie sur des thèmes liés aux carreaux portugais et à la production d’objets en céramique « recense un petit nombre de protagonistes féminines », précise également le texte du musée dirigé par Alexandre Silva Pais.

L’objectif de cette exposition et de l’équipe réunie par le musée pour ce projet est de changer cette donne, « donner visibilité et importance à un patrimoine dévalorisé et oublié, mais qui est connu pour être important, de qualité et d’une étendue insoupçonnée », souligne la note du MNAZ .

L’équipe de recherche est mandatée par Helena Souto, chercheuse à l’Instituto de Arte Design e Empresa, qui a récemment dirigé l’aspect portugais d’un grand projet sur les femmes et le design au Portugal, « MoMoWo : La créativité des femmes depuis le mouvement moderne »,

Il intègre également un groupe de spécialistes dans les domaines qu’ils entendent aborder, à savoir Sandra Leandro, Emília Ferreira, João Paulo Martins et Pedro Ferreira (Faculté d’architecture de Lisbonne), Rita Gomes Ferrão (Universidade Nova) et Inês Leitão (Faculté des lettres ).

Les œuvres qui seront divulguées dans le catalogue, à paraître dans le cadre de cette exposition, seront développées par Helena Souto « Pionniers céramistes » et « Femmes créatrices de céramique et de verre dans les années 1950-1970 » ; Rita Ferrão, « Panorama du travail des femmes en céramique » ; João Paulo/Pedro Ferreira, « L’intégration du carrelage au féminin dans l’architecture portugaise jusqu’aux années 1990 » ; Inês Leitão, « L’intégration du carrelage au féminin dans l’architecture d’Expo98 jusqu’à aujourd’hui » ; Sandra Leandro, « Les enjeux esthétiques déterminants jusqu’aux années 1970 » ; Emília Ferreira/Ana Vasconcelos, « Les enjeux esthétiques qui déterminent Expo98 jusqu’à nos jours », ces deux dernières citant quelques protagonistes des périodes en question.

Le projet s’inscrivait dans le cadre de la Présidence du Conseil de l’Union européenne, dans le cadre d’un de ses principaux vecteurs, le « Valoriser les femmes artistes, l’égalité des genres », qui devait avoir lieu à l’été, mais en raison du contexte de la pandémie. , il a été reporté au 14 décembre 2021.

AG // MAG

Le contenu du Museu do Azulejo expose la contribution des femmes artistes dans la céramique des 70 dernières années apparaît d’abord à Visão.