Le ministre de l’Économie a défendu aujourd’hui qu’il est « très important que l’Europe puisse agir rapidement et faire approuver et mettre en vigueur un règlement dès que possible », faisant référence à la « loi sur les services numériques » et à la « loi sur les marchés numériques ».

« Ce que nous pensons, notamment en ce qui concerne le paquet numérique, c’est qu’il est très important que l’Europe puisse agir rapidement et faire approuver et mettre en vigueur un règlement le plus tôt possible », a souligné Pedro Siza Vieira.

Le ministre d’État à l’Économie et à la Transition numérique s’est entretenu avec des journalistes portugais à Bruxelles à la veille du Conseil Compétitivité, qui se réunit en personne jeudi, à Bruxelles, et a à l’ordre du jour un ensemble de propositions de lois sur le marché numérique, présenté par la Commission européenne en décembre et intitulée «Digital Services Act» (DSA) et «Digital Markets Act» (DMA).

Reconnaissant que les deux paquets abordent «différents aspects du fonctionnement des marchés numériques» – en gardant à l’esprit que DMA se réfère à «la manière dont les plates-formes numériques se rapportent aux opérateurs du marché» et que DSA traite «les problèmes de contenu et la manière dont les personnes, les citoyens et les les plateformes agissent en fonction du contenu qu’elles mettent à disposition « -, Siza Vieira a souligné qu’il est » important « que » les deux projets puissent avoir lieu en même temps « , tant au Conseil de l’UE qu’au Parlement européen.

« Il est très important qu’il y ait une réglementation légale de ces aspects: ces marchés numériques ont connu une croissance très significative ces dernières années – en particulier au cours de la dernière décennie – avec des règles qui ne sont pas adaptées aux nouvelles caractéristiques de ces marchés », a-t-il affirmé.

Selon le ministre de l’Économie, l’approbation à la fois de la DMA et de la DSA permettra également à l’Europe de «prendre l’initiative d’avoir une réglementation bien testée, robuste et conforme aux valeurs européennes», ce qui lui permettra d’établir un «Norme mondiale que d’autres pays» et «d’autres espaces économiques» peuvent suivre.

«Nous y sommes déjà parvenus avec le règlement général sur la protection des données, nous pensons qu’il y a aussi des conditions ici pour le faire. Par conséquent, du point de vue de la présidence, le plus important est de veiller à avancer et de créer les conditions pour que, dans les mois à venir, ces diplômes puissent entrer en vigueur et s’imposer comme une référence pour le fonctionnement des marchés numériques. », A-t-il souligné.

Interrogée sur la réponse des grandes plateformes à l’introduction de nouvelles lois, Siza Vieira a reconnu qu ‘«il est pratiquement inévitable» que les réglementations aient un impact sur un «modèle économique qui s’est développé en l’absence de règles».

Cependant, le ministre a souligné qu’il existe un «très grand avantage réglementaire» qui tient au fait que, à travers le DMA et le DSA, «les conditions sont créées» pour l’émergence d’un «marché unique numérique» ».

«Nous ne pourrions pas offrir à nos consommateurs et à nos entreprises les avantages d’un marché de 450 millions de consommateurs si nous avions 27 réglementations différentes. Et, par conséquent, il est très important et nous donne un grand avantage d’avoir un règlement européen qui, de plus, a le potentiel de devenir un règlement de plus grande portée », a-t-il souligné.

En outre, a-t-il déclaré, les règles en question introduiront également «prévisibilité et confiance», en établissant un «cadre de référence convenu sur une période de discussion très ouverte et relativement longue», ce qui permettra de «sécuriser les décisions» en général et petites entreprises.

«Tant que nous n’aurons pas stabilisé le cadre juridique applicable aux marchés numériques, qui ont acquis une importance très décisive dans les économies mondiales ces dernières années, nous serons toujours incertains de ce qui va se passer – une décision judiciaire, une décision politique – qui a un impact qui peut être défavorable », a-t-il souligné.

Siza Vieira a ainsi informé que, lors du Conseil Compétitivité, la présidence portugaise présentera un «rapport d’étape qui identifie les points critiques» de la réglementation et qui intervient après une «grande interaction avec les États membres».

«Et nous pensons que nous serons en mesure, après la discussion de demain [quinta-feira], de présenter une proposition de compromis et un texte de compromis qui nous permettront de beaucoup progresser dans ces processus », a-t-il souligné.

Entre jeudi et vendredi, un Conseil Compétitivité a lieu à Bruxelles, présidé par Pedro Siza Vieira au nom de la présidence portugaise de l’UE et axé, le premier jour, sur les progrès des propositions de la Commission européenne concernant les nouvelles lois sur les services numériques et des marchés numériques.

Ce jour-là, les ministres européens responsables du marché intérieur et de l’industrie débattront de propositions législatives – qui visent à rendre tout ce qui est «hors ligne» aussi «en ligne» – afin de fournir des orientations politiques pour la négociation.

Ils analyseront également la nouvelle stratégie industrielle de l’UE et le secteur du tourisme européen, profondément touché par la pandémie.

Le deuxième jour, le Conseil sera consacré au domaine de la recherche et de l’innovation et réunira le ministre de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur, Manuel Heitor.