« Je m’en suis déjà rendu compte, et nous y travaillons, dans une profonde réorganisation organique de ce qui est aujourd’hui la Direction générale du patrimoine culturel. [DGPC]. Dans de nombreux domaines et dans la structure de l’administration publique, des erreurs flagrantes, injustifiées et gratuites ont été commises pendant la période de la « troïka ». Il devrait également être une priorité, dans la mesure du possible, de corriger ces erreurs », a déclaré le ministre de la Culture, lors de la présentation « Une vision pour la culture », lors de la réunion Oeiras Ignição Gerador, qui se déroule à l’Auditorium Ruy de Carvalho et environs, à Carnaxide.

Pedro Adão e Silva a déclaré qu' »il est nécessaire de repenser », avec le ministère de la Culture « travaillant dans ce sens », « dans la structure organique de la DGPC, permettant aux musées et aux monuments nationaux d’avoir une autonomie et une flexibilité dans la gestion, ce qui malheureusement ce n’est pas possible » qu’ils ont, ce qui limite la qualité de l’offre et aussi la capacité d’augmenter leurs propres revenus, ce qui est en soi quelque chose de nécessaire et de vertueux ».

La « profonde réorganisation organique » de la DGPC s’inscrit dans le cadre de l’un des « trois principes qui correspondent aux objectifs stratégiques de la politique culturelle : moderniser ». Les deux autres sont « institutionnaliser et démocratiser ».

Le ministre a défini ces trois principes, estimant qu’il ne faut pas « placer tout le débat et tout l’enjeu dans cette idée de juste dépenser pour dépenser, il faut avoir une orientation claire et donner du sens et donner de la cohérence ». à l’initiative politique ».

Se moderniser, a-t-il dit, implique « d’être capable d’innover, à la fois en termes de modèles de gestion et de pratiques de gestion, ainsi que de tirer parti des opportunités et même des technologies ».

En ce qui concerne l’institutionnalisation, Pedro Adão e Silva a expliqué que « cela signifie donner à ce domaine des politiques publiques une culture de prévisibilité, de stabilité et de continuité, qui en fait sont des éléments qui ont beaucoup manqué dans le secteur ».

« Il est crucial que ceux qui travaillent dans la Culture sachent sur quoi ils peuvent compter et, en même temps, par exemple, que les concours aient des règles claires, partagées, connues de tous et transparentes », a-t-il déclaré.

Quant à la démocratisation, il s’agit de « faire en sorte que toutes les couches de la population et toutes les régions du pays aient accès à la Culture ».

« C’est un objectif qui est inscrit dans notre Constitution, et que si nous ne le remplissons pas, les autres n’ont même pas de sens. La culture doit vraiment être pour tout le monde », a-t-il rappelé.

En ce qui concerne la démocratisation de la culture, Pedro Adão e Silva a évoqué le cas du Teatro Nacional D. Maria II, à Lisbonne, qui, en 2023, organisera des spectacles et des formations dans tout le pays, alors que le théâtre est fermé pour travaux de rénovation. . .

«D. Maria II donne un exemple qu’il aimerait créer du lest. Il commencera les travaux et, pendant qu’il fermera, il programmera dans 91 municipalités, si je ne me trompe pas », a-t-il dit.

En plus de vouloir que cet exemple soit étendu à d’autres institutions, Pedro Adão e Silva voulait que ce soit « une pratique [daquele Teatro Nacional] pas limité à 2023 ».

Le ministre a rappelé que le Teatro Camões et le Teatro Nacional de São Carlos, tous deux à Lisbonne, devront également fermer pour travaux, et que ceux-ci pourraient être des opportunités pour la Compagnie nationale de ballet, l’Orchestre symphonique portugais et le Chœur de São Paulo. plus de points dans le pays.

Pedro Adão e Silva a également rappelé que le Réseau national d’art contemporain récemment créé « permettra la présence de la Collection d’art contemporain de l’État sur le territoire ».

JRS // MAG