Selon le ministre de la Culture, Graça Fonseca, dans des déclarations aux journalistes à l'issue de la première réunion du groupe de travail pour analyser, actualiser et adapter le régime des contrats de travail des professionnels du spectacle, il a été «identifié par tous (représentants du gouvernement et structures représentatives des travailleurs) un besoin très pertinent depuis de nombreuses années, mais maintenant plus encore, de mieux connaître le secteur ».

Pour cette raison, dans un travail conjoint entre le Ministère de la Culture et l'Observatoire des Activités Culturelles, «une enquête sera réalisée auprès de tous les professionnels de la Culture», et «une cartographie du tissu culturel» sera réalisée.

Graça Fonseca espère que l'enquête «pourra être réalisée rapidement et le plus rapidement possible, afin que les résultats que l'Observatoire constate se maintiennent dans cette période jusqu'à la fin de l'année».

Le ministre a qualifié la cartographie du tissu culturel de «deuxième élément très pertinent, demandé et nécessaire depuis de nombreuses années, et ce moment est le moment où il faut vraiment le faire».

«Nous avons déjà commencé ce travail avec l'Observatoire et ce sera également l'un des éléments, au cours des prochains mois, qui facilitera notre travail commun», a-t-il déclaré.

Les données les plus récentes sur l'emploi dans le secteur de la culture, au Portugal, remontent à 2018, totalisant 160600 personnes, dont une sur quatre étaient des travailleurs indépendants, et ont été publiées cette semaine par le gouvernement.

Lors de la réunion d'aujourd'hui, en plus de la ministre de la Culture, la ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, Ana Mendes Godinho, le secrétaire d'État aux Affaires fiscales, António Mendonça Mendes, le directeur général des Arts (DGArtes), Américo Rodrigues, le directeur général du livre, des archives et des bibliothèques (DGLAB), Silvestre Lacerda, et le président de l'Institut du cinéma et de l'audiovisuel (ICA), Luís Chaby Vaz.

Selon Graça Fonseca, cette «dimension interne» du groupe de travail se réunira «tous les 15 jours».

La réunion d'aujourd'hui a également réuni des représentants de structures représentant des travailleurs tels que l'Union des travailleurs des spectacles, de l'audiovisuel et des musiciens (Cena-STE), Rede et Plateia. Et cette «dimension externe» du groupe de travail se réunira «au moins trois fois jusqu'à la fin de l'année», la prochaine ayant lieu «avant août».

Graça Fonseca parle toujours à la fin de cette année, car c'est à ce moment-là qu'elle s'est engagée à résoudre le problème des conditions de travail – statut intermittent – et des carrières contributives des professionnels des arts et du spectacle.

Le ministre a estimé que la réunion d'aujourd'hui "était très utile pour un dialogue où il était possible d'identifier certains des principaux problèmes ou questions qui n'ont pas été résolus depuis de nombreuses années, en ce qui concerne les carrières contributives, les remises de sécurité sociale, conditions de travail, dès le départ jusqu'aux conditions des contrats de travail et des contrats ».

«Cela nous a permis, au gouvernement, d'entendre des cas concrets et des problèmes identifiés depuis longtemps, et il était également important de pouvoir communiquer aux représentants des travailleurs ce que nous faisons, quel est l'objectif et le calendrier de ce groupe de travail», a-t-il déclaré.

Lors de la réunion, les représentants du gouvernement et du secteur ont supposé qu '«une meilleure capacité d'information et de communication avec tous les travailleurs» était nécessaire.

"Ce que nous avons réalisé au cours des derniers mois, c'est qu'il y a une certaine incapacité du côté des entités publiques à obtenir des informations sur quels sont les droits, les devoirs, comment ils sont remplis et comment ils peuvent accéder à certains droits", renvoyé.

Le groupe de travail qui a eu sa première réunion aujourd'hui ne sera épuisé dans la proposition qui sera présentée qu'à la fin de l'année: "il y aura un suivi de l'impact des changements et statuts approuvés".

«Aujourd'hui, nous avons prouvé ici l'importance de le faire. Ce groupe de travail étendra ses travaux au-delà de l'élaboration ou de la mise à jour du statut du professionnel de la culture », a annoncé le ministre.

Jeudi, après la réunion du Conseil des ministres, le Premier ministre a annoncé que les professionnels indépendants du secteur de la culture recevront, en juillet et septembre, un soutien social similaire à celui attribué aux travailleurs indépendants, qui l'accès en raison de l'intermittence de leur activité.

António Costa, rappelant que «tous les mécanismes de l'État social et tous les mécanismes garantis par la Sécurité sociale ne sont souvent pas applicables à ces professionnels», en raison de l'intermittence inhérente à l'activité, ils recevront, «en juillet et septembre, le paiement deux versements d'une fois et demie, correspondant à trois fois 438 euros, comme mesure de soutien social ».

Le Premier ministre a déclaré que les professionnels "ayant des activités correspondant aux arts du spectacle" pourraient bénéficier de ce soutien.

Aujourd'hui, le ministre de la Culture a expliqué que ce soutien sera accordé «selon le CAE (Code d'activité économique), dans le cadre de la Culture», dans lequel les professionnels sont inscrits en finance.

Par rapport au soutien annoncé par le Premier ministre – de trois millions d'euros pour des «salles indépendantes» pour les activités culturelles, afin qu'elles puissent reprendre leurs activités, en récupérant les pertes causées par la pandémie de la covid-19, et «750 mille euros pour soutenir l'adaptation des chambres au contexte de la convocation »- Graça Fonseca a précisé qu'elles sont destinées à des« chambres indépendantes de nature non commerciale ».

Le ministre de la Culture a transmis plus d'informations sur ce soutien à «la semaine prochaine, avec l'approbation du budget supplémentaire», en conseil des ministres, prévu mardi.

La même réponse a été donnée à propos de la ligne de financement de 30 millions d'euros, créée pour être utilisée par les municipalités dans le cadre du programme culturel, qui avait été annoncée le 22 mai à Coimbra.

Cependant, Graça Fonseca a souligné que ce montant sera géré par le «Ministère de la cohésion territoriale, puisqu'il s'agit du financement communautaire».

Quant à l'emploi dans le secteur culturel portugais, selon les chiffres publiés mercredi dernier par le Bureau de la stratégie culturelle, de la planification et de l'évaluation du ministère de la Culture, les 160600 travailleurs existants en 2018, représentaient alors 3,3% de l'emploi total, qui place le pays à la quatrième place, avec le poids le plus faible de l'emploi culturel, dans l'Union européenne.

Cependant, en analysant l'évolution entre 2013 et 2018, il apparaît que le nombre de travailleurs portugais dans le domaine culturel a augmenté de 23,8%, soit plus de 30,9 mille personnes ont commencé à travailler dans des activités culturelles et créatives, au cours de ces cinq années .

Selon les données statistiques, au Portugal, une personne sur quatre travaille dans des activités culturelles sur une base indépendante, de manière indépendante, une proportion «nettement supérieure à celle observée pour l'emploi total», selon les données publiées par le GEPAC.

JRS (SS) // MAG

Le contenu du ministère de la Culture fera une enquête auprès des travailleurs et la cartographie du secteur apparaît d'abord à Visão.