Les diplômes ont été approuvés aujourd’hui, avec une série d’autres, issus de différents domaines de la culture, lors d’une réunion thématique du Conseil des ministres, consacrée au secteur, qui s’est tenue au Palais national de Mafra.

La résolution approuvée, pour les célébrations du cinquième centenaire de Luís de Camões (1524-1580), détermine qu’elles auront lieu du 12 mars 2024 au 10 juin 2025, désignant la professeure Rita Marnoto, de l’Université de Coimbra, en tant que commissaire, spécialiste de la littérature, qui a privilégié la recherche sur l’avant-garde historique et le théâtre moderne, mais aussi la poésie baroque et des auteurs tels que Luís de Camões et Dante Alegheri.

Quant au décret-loi modifiant la loi sur les prix fixes, «il prolonge la période de nouveauté du livre, aux fins de vente au public», dans le but de créer, «de cette manière, un mécanisme de protection renforcée des libraires en vue de renforcer l’activité éditoriale et librairie au Portugal », comme l’a souligné la ministre de la Culture, Graça Fonseca, à l’issue de la réunion, et comme lu dans le communiqué du Conseil des ministres.

L’extension à 24 mois a été immédiatement trouvée dans le projet de révision du régime de prix fixe du livre, envoyé pour consultation à des entités du secteur, telles que l’Association portugaise des éditeurs et libraires, le Réseau des librairies indépendantes et l’Autorité de la concurrence. Le document fournit également comme nouveau prix éditeur, à titre de référence, «le prix du livre à vendre au public par l’éditeur chaque fois que [este] agir également en tant que détaillant ».

La soi-disant «Loi sur le prix du livre fixe» a été approuvée à l’origine en 1996, dans le but de corriger les «anomalies constatées sur le marché» et de créer «les conditions de la revitalisation du secteur du livre», dans le contexte d’une «politique culturelle visant au développement dans les domaines du livre et de la lecture ».

Le diplôme a ensuite été modifié en 2000 et 2015.

Le nouveau décret-loi, en fixant un délai de deux ans, pendant lequel il limite le prix de vente au public entre 90% et 100% de la valeur fixée par l’éditeur ou l’importateur, s’inscrit également dans les notions de livre bibliophile ou édition limitée , livre en rupture de stock et épuisé ou livre d’occasion. Différents modèles de promotion du livre, utilisés par les éditeurs et / ou les détaillants, sont également inclus.

Semblable au régime toujours en vigueur, avec le temps de nouveauté du livre à 18 mois, «la vente de livres édités ou importés il y a moins de 24 mois est autorisée, avec un prix de vente compris entre 80% et 100% du prix fixé par l’éditeur ou l’importateur exclusif, dans le cadre de salons du livre ou de fêtes du livre et de marchés du livre », à condition que de telles initiatives aient lieu dans des lieux et des périodes préalablement déterminés.

Parmi les mesures approuvées aujourd’hui par le Gouvernement figure également la mise en place de «célébrations du mérite culturel», en vue de «la reconnaissance des personnalités et des institutions vouées à la valorisation culturelle des citoyens et des communautés».

Le ministère de la Culture est le seul département gouvernemental à avoir décerné une distinction civile, la Médaille du mérite culturel, créée en 1984, dans le but de distinguer les personnes physiques ou morales, nationales ou étrangères, pour le mérite de leur travail dans le secteur.

Lors du Conseil des ministres dédié à la culture, tenu aujourd’hui, le gouvernement a approuvé un total de 22 diplômes, dont le statut du professionnel de la culture, le décret-loi qui modifie le modèle de soutien aux arts et un autre qui crée et réglemente le processus d’accès des théâtres et des cinémas à un réseau national.

Il a également approuvé la résolution qui détermine la requalification prioritaire de 46 musées et monuments et de trois théâtres nationaux du pays, dont la conservation a été incluse dans le plan de relance et de résilience (PRR).

Le décret-loi qui modifie le Fonds pour la sauvegarde du patrimoine culturel a également été approuvé, «en vue de répondre aux besoins de sauvegarde des biens culturels dans les situations d’urgence», et différents diplômes qui classent ou reclassent, en tant que «monument national» , les biens immobiliers, dans différentes communes du pays, et les biens mobiliers en tant que «trésor national».

Le Conseil des ministres a également approuvé le décret-loi portant création de l’Association Sabre Fazer, pour le développement, la sauvegarde et la reconnaissance des arts et métiers traditionnels, ainsi que pour le développement de la production artisanale.

Le décret-loi a également été approuvé, qui prévoit que 1% de la valeur des marchés de travaux publics, au-dessus de cinq millions d’euros, doit être alloué à l’inclusion des œuvres d’art dans les projets.

Le gouvernement a également officialisé la création du réseau portugais d’art contemporain et le poste de conservateur de la collection nationale d’art contemporain.

L’extension des «lignes directrices du Plan national des arts» à l’enseignement supérieur a également été envisagée lors de la réunion exécutive d’aujourd’hui.

Dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel, le décret-loi modifiant le Fonds de soutien au tourisme et au cinéma a également été approuvé, garantissant la prolongation du programme d’incitation à la production cinématographique et audiovisuelle jusqu’en 2023.

Lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil des ministres, la responsable de la culture, Graça Fonseca, a rappelé que le Musée royal du Trésor, situé dans le palais national d’Ajuda, à Lisbonne, devrait ouvrir au public plus tard cette année.

Dans le cadre de la création du réseau de théâtres et de salles de cinéma, et de la restauration de ces salles, Graça Fonseca a souligné son importance dans la circulation des œuvres et a donné comme exemple le processus de numérisation du patrimoine cinématographique de la Cinemateca Portuguesa, qui devrait être inclus dans le PRR, domaine «Réseaux culturels et transition numérique».

Quant au statut des travailleurs de la culture, celui qui a suscité le plus d’attentes depuis l’annonce de ce Conseil des ministres, exclusivement dédié au secteur, faite par le Premier ministre, António Costa, il y a environ un mois, Graça Fonseca l’a défini comme « un statut complet », mais avec« une marge d’amélioration ».

Pour le ministre de la Culture, l’agrément signifie «un jour historique», car il établit, pour la première fois, un statut avec lequel il couvre les domaines de l’inscription professionnelle, du régime du travail et du régime contributif, laissant en même temps «une marge de progression , pour apporter des modifications », pendant la période de consultation publique.

« Nous ferons tout pour que le statut, lors de la consultation publique, soit le plus fidèle possible », a déclaré Graça Fonseca aux journalistes, refusant de dire quelles sont les prévisions de dépenses associées.

En ce qui concerne les spécificités du statut, le ministre a déclaré que les travailleurs peuvent avoir accès à une subvention pour la suspension d’activité après trois mois sans travail, et durera pendant une période maximale de six mois, utilisable une fois par an.

Selon Graça Fonseca, le statut entrera en vigueur en 2022, la consultation publique et le processus d’approbation finale étant achevés.

AG / JRS / MAG / NL / SS / TDI // MAG