Les documents ont été approuvés aujourd’hui, avec une série d’autres de divers domaines de la culture, lors d’une réunion thématique du Conseil des ministres, consacrée au secteur, qui a eu lieu au Palais national de Mafra.

Dans le domaine des arts du spectacle et des arts visuels, «le décret-loi qui modifie le régime d’octroi du soutien financier de l’État aux arts visuels et du spectacle a été approuvé, qui vise à répondre à la nécessité d’une consolidation durable des et la planification des activités des structures, ainsi que la promotion et le développement de projets artistiques », comme on peut le lire dans le communiqué du Conseil des ministres.

Selon la proposition du gouvernement de réviser le modèle de soutien aux arts, publiée fin septembre de l’année dernière et qui a déjà fait l’objet d’une consultation publique, les concours pour un soutien durable aux arts devraient devenir triennaux et devraient valoriser «les relations, des conditions de travail stables». dans les candidatures soumises.

Actuellement, les concours sont organisés selon des modalités biennales et quadriennales, ce qui signifie que les concours sont ouverts tous les deux ans.

Selon le document, cet amendement vise à «promouvoir une plus grande stabilité dans le travail des entités artistiques, […] permettant ainsi des périodes plus longues sans concours ».

Aujourd’hui, le décret-loi qui «crée et réglemente le soutien à la programmation des théâtres et des cinéastes qui composent le réseau portugais du théâtre et de la cinématographie a également été approuvé, mettant en vigueur le programme du XXII gouvernement constitutionnel en ce qui concerne la mise en œuvre d’un programme culturel. politique et proximité, fondées sur la décentralisation et la déconcentration territoriales, afin de favoriser le plus large accès aux arts ».

La proposition du gouvernement, qui a également fait l’objet d’une consultation publique, suppose une nouvelle ligne de financement, pour soutenir la programmation, pour les structures qui font partie de ce réseau.

Selon le document, dans une première phase, ce soutien à la programmation sera donné en priorité aux théâtres et salles de cinéma «situés en territoire à faible densité ou à offre culturelle réduite».

Il appartiendra à la direction générale des arts (DGArtes) d’allouer un soutien financier, par le biais d’une «procédure d’appel d’offres minimum» selon la modalité triennale.

Le montant maximal de l’aide pour ce programme est de 250 mille euros par an et le minimum de cent mille euros.

La proposition du gouvernement précise également que l’une des conditions pour avoir accès à ce soutien à la programmation est que l’entité requérante utilise 30% du budget pour «la circulation des œuvres bénéficiant d’un soutien de la DGArtes à la création».

La DGArtes sera également chargée de l’accréditation des théâtres et des cinéastes qui souhaitent rejoindre le futur réseau, sous réserve de diverses exigences, dont l’une doit disposer de ressources humaines et valoriser des «relations industrielles stables».

La création du Réseau portugais des théâtres et cinémas a été approuvée au parlement en juillet 2019 et promulguée par le président de la République un mois plus tard, « malgré les doutes sur la complexité du nouveau régime ».

Lors de la conférence de presse, la ministre de la Culture, Graça Fonseca, dans le cadre de la création du réseau de théâtres et cinémas, et de la récupération de ces salles, a souligné l’importance de ce réseau dans la circulation des œuvres et a donné comme un exemple le processus de numérisation du film patrimonial de la Cinemateca Portuguesa, qui devrait être inclus dans le plan de relance et de résilience (PRR), dans le domaine «Réseaux culturels et transition numérique».

Dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel, le décret-loi modifiant le Fonds de soutien au tourisme et au cinéma a également été approuvé, garantissant la prolongation du programme d’incitation à la production cinématographique et audiovisuelle jusqu’en 2023.

JRS / SS // MAG