Dans les conclusions de l’évaluation annuelle 2022 du Portugal, publiées aujourd’hui, la mission du Fonds monétaire international (FMI) au Portugal considère que les priorités politiques devront équilibrer les urgences à court terme et faire face aux prix élevés de l’énergie et aux autres impacts de la guerre. L’Ukraine avec une transition en douceur vers la croissance, la reconstruction de l’espace budgétaire et la progression des réformes vers une économie plus résiliente.

« A moyen terme, des réformes structurelles – y compris dans le cadre du plan de relance et de résilience -, des investissements publics soutenus et une consolidation budgétaire dans le cadre d’un plan à moyen terme permettront de construire une économie plus dynamique et résiliente », indiquent les conclusions.

Pour la mission du FMI, dirigée par Rupa Duttagupta, « ces efforts sont essentiels pour remplir la priorité à long terme d’augmenter le potentiel de croissance du Portugal et d’accélérer la convergence des revenus avec le reste de la zone euro ».

« À partir de 2023, un ajustement budgétaire progressif sera nécessaire pour reconstruire l’espace budgétaire, faire face aux pressions sur les dépenses liées à l’âge, augmenter l’investissement public et réduire les risques liés à la dette », ajoute-t-il.

La mission du FMI recommande donc un « ajustement budgétaire favorable à la croissance » axé sur les réformes budgétaires, la rationalisation des dépenses courantes et le maintien d’investissements publics solides propices à la croissance.

Dans le cadre des réformes fiscales, le FMI veut plus d’efficacité, l’élimination des distorsions et l’élargissement de l’assiette fiscale. « Il est possible de renforcer la politique budgétaire et l’analyse des dépenses budgétaires, de limiter la prolifération des incitations fiscales, de revoir les taux de TVA réduits et de renforcer les instruments moins faussés, tels que les taxes foncières et environnementales », souligne-t-il.

Il recommande également de renforcer la pérennité des retraites, de renforcer la gestion financière du service national de santé, d’améliorer la pérennité financière et la « gouvernance » des entreprises publiques et d’améliorer le ciblage des prestations sociales.

Pour le FMI, contenir la masse salariale publique à moyen terme nécessitera une révision complète des structures d’emploi et de rémunération.

La mission fait également valoir que des mesures supplémentaires pour améliorer le cadre juridique du Portugal renforceraient davantage la santé et la gouvernance financière du secteur des entreprises et permettraient d’améliorer l’efficacité et la productivité, tout en considérant qu’il est essentiel de surveiller la qualité du crédit des banques.

Le FMI estime que le plan de relance et de résilience du Portugal offre une « opportunité unique » de transformer l’économie portugaise et de la rendre plus résiliente, dynamique et « verte », soulignant également, en ce qui concerne les réformes structurelles, que combler « le déficit de compétences et réduire la main-d’œuvre la dualité du marché débloquerait les obstacles à une croissance plus forte ».

« Sur la base des récents succès, davantage d’efforts politiques seront nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques ambitieux du Portugal », conclut-il.

La mission du FMI est restée en contact avec les autorités portugaises entre le 21 octobre et le 4 novembre 2021 (virtuellement) et du 9 au 13 mai 2022 (en personne).

AAT // CSJ

Lusa/Fin