Dans les conclusions de l’évaluation annuelle du Portugal, la mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Rupa Duttagupta, s’attend à ce que la croissance passe des 4,9 % enregistrés l’an dernier à environ 4,5 % en 2022 et 2 % en 2023, soit un cumul révision à la baisse d’environ un point de pourcentage par rapport à l’avant-guerre.

Dans les Perspectives de l’économie mondiale (WEO), publiées en avril, le FMI prévoyait une expansion du produit intérieur brut (PIB) du Portugal de 4 % cette année et de 2,1 % en 2023.

Dans le document publié aujourd’hui, l’équipe du FMI explique que la croissance devrait être tirée par la consommation privée, soutenue par une normalisation plus rapide du taux d’épargne des ménages, par l’investissement public, reflétant le plan de relance et de résilience, et par les exportations, le tourisme devant atteindre pré -niveau pandémique en 2023.

Le FMI note également que, malgré des augmentations plus faibles des prix de l’énergie et de l’électricité vis-à-vis de la zone euro, les pressions inflationnistes se sont accentuées, tout en notant que l’inflation salariale reste toutefois contenue, inférieure au reste de la zone euro.

Les techniciens soulignent que « l’inflation devrait monter à 6% en 2022 et commencer à baisser en 2023 en raison de la chute des prix de l’énergie et de l’alimentation ».

En avril, le FMI a prédit que l’indice harmonisé des prix à la consommation (IPCH) au Portugal se situerait à 4 % cette année.

La mission souligne également que l’économie portugaise a gagné du terrain en 2021 après la profonde récession causée par la pandémie.

« Reflétant la pertinence du tourisme, l’économie a été plus durement touchée que la zone euro (EA), mais une réponse politique décisive et globale, renforcée par la réponse au niveau de l’UE [União Europeia] et par la BCE [Banco Central Europeu]a contribué à modérer l’impact de la pandémie sur les familles et les entreprises », peut-on lire dans les conclusions de l’évaluation annuelle de l’institution, qui souligne également la forte campagne de vaccination, qui a permis la levée des restrictions d’activité et soutenu la reprise jusqu’au début. de 2022.

Cependant, il note les nouveaux risques causés par la guerre en Ukraine, considérant que malgré l’impact pour le Portugal étant principalement indirect, les prix des « matières premières », des goulots d’étranglement plus importants dans l’offre, une confiance et une demande extérieure plus faibles et des conditions financières plus strictes devraient peser sur la reprise et hausse des prix.

Elle considère donc que les risques sont orientés à la baisse, découlant de l’exceptionnelle incertitude entourant la guerre et les potentielles nouvelles vagues de virus.

Le FMI indique qu’un resserrement des conditions financières pourrait nuire à la croissance et à la situation budgétaire et que les effets de la fin des défauts de paiement ne se sont pas encore pleinement matérialisés, ce qui pourrait éventuellement exposer à de plus grandes insolvabilités, réduisant les investissements et le capital des banques.

Il ajoute que l’utilisation plus lente des fonds Next Generation EU (NGEU) présente des risques supplémentaires, souligne que la dette publique restera élevée et que la hausse des prix de l’immobilier constitue une vulnérabilité supplémentaire.

Du côté positif, la poursuite de la forte reprise du tourisme, la reprise de la demande refoulée soutenue par des taux de vaccination élevés et des rendements plus élevés sur les investissements du NGEU amélioreraient les perspectives.

Les conclusions de la mission indiquent en outre qu’à la suite d’un appui budgétaire indispensable en 2020-21, le maintien d’une politique budgétaire largement favorable en 2022 est approprié.

La reprise robuste de l’emploi et de la consommation, ainsi que la réouverture complète de l’économie, justifient la poursuite de l’assouplissement cette année des mesures exceptionnelles de soutien à la pandémie.

« En excluant ces mesures – qui doivent être remplacées par la demande privée – un déficit budgétaire projeté de 2,4% du PIB est convenablement accommodant », ajoute-t-il.

L’équipe du FMI est restée en contact avec les autorités portugaises du 21 octobre au 4 novembre 2021 (virtuellement) et du 9 au 13 mai 2022 (en personne).

AAT // CSJ

Fin/Lusa