Un rapport du Fonds monétaire international (FMI) publié aujourd'hui met en garde contre la façon dont la vitesse de la transition énergétique vers une économie sobre en carbone peut affecter la stabilité financière.

«Du point de vue de la stabilité financière, cette transition vers une économie sobre en carbone doit être gérée avec soin pour éviter les réévaluations brusques et imprévues du portefeuille et la délocalisation économique», peut-on lire dans le chapitre cinq du Rapport sur la stabilité financière Fonds mondial.

Le chapitre, intitulé "Changement climatique: risque physique et cours des actions", considère en outre que "les mesures politiques visant à atténuer le changement climatique réduiraient au départ les gaz à effet de serre et les risques physiques futurs, conférant à l'humanité des avantages qui s'étendent bien au-delà de la stabilité financière ».

L'enquête du FMI a également conclu que la réaction des marchés financiers aux catastrophes naturelles au cours des 50 dernières années a été «modeste» et considère que les investisseurs accordent «une attention insuffisante» au changement climatique.

«Le chapitre (du Rapport sur la stabilité financière mondiale) montre que la réaction des cours des actions aux catastrophes climatiques majeures a été modeste au cours des 50 dernières années», peut être lu dans le chapitre cinq de ce rapport, publié aujourd'hui par le FMI.

En ce qui concerne les chiffres plus récents, le chapitre indique également qu'en ce qui concerne les variables climatiques, «l'analyse et les preuves fournies (…) suggèrent que les évaluations globales des stocks en 2019 ne reflètent pas ce risque».

"Ainsi, les investisseurs boursiers peuvent ne pas accorder suffisamment d'attention aux variables climatiques", prévient l'institution dirigée par Kristalina Georgieva, notant toutefois que "les caractéristiques des pays comptent" lorsqu'il s'agit d'évaluer l'impact sur les marchés.

À titre d'exemple, le chapitre du FMI, intitulé «Changement climatique: risque physique et cours des actions», avance que la catastrophe de l'ouragan Katrina aux États-Unis en 2005, bien qu'elle soit la plus importante de l'échantillon, «a déclenché une réaction modeste sur les marchés de capitaux, sans baisse sensible des indices boursiers », tandis que les inondations de 2011 en Thaïlande, avec le plus fort impact sur le pays,« ont entraîné une baisse de la bourse thaïlandaise de plus de 8% après la catastrophe et une baisse cumulée d'environ 30% au cours des 40 prochains jours de bourse ».

Selon les conclusions du FMI basé à Washington, "la pénétration de l'assurance et la solidité financière du souverain (État) peuvent atténuer l'impact des catastrophes climatiques sur les prix des obligations, y compris dans le secteur financier".

"Les conclusions impliquent que quelle que soit l'ampleur des catastrophes climatiques futures, la stabilité financière sera mieux préservée dans les économies qui disposent de bons indicateurs dans ces dimensions", selon le FMI.

Le fonds souligne que l'assurance non-vie «est une source de résilience financière car elle augmente la capacité des économies à se remettre des catastrophes», bien que la marge de protection (le pourcentage de sinistres non assurés) reste «significative, notamment dans les économies acteurs du marché émergents et en développement.

«La solidité financière d'un souverain lui permet de répondre avec force aux catastrophes et de réduire l'impact économique et financier du choc. À cet égard, il est important de construire des «oreillers» budgétaires, de mettre en place des lignes de crédit conditionnelles et de développer un système de gestion des finances publiques solide. Les instruments de dette conditionnelle des États peuvent également être utiles pour une plus grande flexibilité des politiques en période de crise », note le FMI.

L'institution fait en outre valoir que «pour aider le public, y compris les acteurs du marché, à mieux comprendre les risques physiques, les décideurs devraient envisager de renforcer la maîtrise du changement climatique», grâce à une plus grande publicité des preuves scientifiques.

«Des informations granulaires et spécifiques pour les entreprises sur l'exposition actuelle et future et la vulnérabilité aux risques physiques du changement climatique aideraient les créanciers, les assureurs et les investisseurs à mieux évaluer ces risques», selon le FMI.

Le fonds suggère que des systèmes basés sur l'alerte préalable de la population, la gestion de la densité de population dans les zones à risque ou la mise en œuvre de la réglementation, ainsi que l'investissement dans les infrastructures de protection, pourraient être des mesures pour réduire le risque climatique.

JE //

Le contenu du FMI appelle à «la prudence» dans la transition énergétique en raison de la «stabilité financière» apparaît d'abord à Visão.