Selon le décret-loi 55/2020, qui institue l'AAI, publié lundi au Journal officiel pour prendre effet le lendemain, cette entité aura la figure d'un institut public et «la mission de coordonner et de mettre en œuvre les politiques et mesures dans le domaine de l'immigration ».

«Et un accent particulier sur l'installation et le suivi d'un système intégré, au niveau national, pour l'accueil et l'intégration des immigrés au Cap-Vert», se lit dans le décret-loi.

«Bien qu'il ne s'agisse pas d'un phénomène récent», admet le gouvernement dans le texte du document, «l'immigration au Cap-Vert, au cours des deux dernières décennies, a gagné en visibilité et en dynamisme en termes statistiques», et le contexte actuel «renforce l'idée d'augmenter les étrangers et les immigrants, avec des profils différents en termes d'origine, de langue, de culture, de religion, de niveau d'éducation, de conditions de vie et d'accès aux services ».

Dans le préambule du document, le gouvernement rappelle que face aux défis de l'immigration au Cap-Vert, le Groupe intersectoriel a été créé en 2019 pour mettre en place l'entité pour les services intégrés à l'immigration (GIESI), intégrant différentes institutions.

«Les conclusions et les résultats obtenus par ce comité interministériel ont révélé des lacunes et des limites dans les procédures de service aux immigrés et l'absence d'une entité pivot, dotée de ressources et d'instruments, pour coordonner et suivre, en consultation avec les différents services, les réponses aux les demandes des immigrants et, ainsi, de manière articulée et intégrée, fournir des soins / accueil aux immigrants », reconnaît le gouvernement.

Il mentionne également que dans le cadre institutionnel actuel, «ce rôle n'est clairement assigné ni à la Direction générale de l'immigration», qui s'éteindra en vue de la création de cette Haute Autorité, «ni à aucune autre institution, ce qui rend difficile le suivi et la définition des politiques de et pour l'immigration ».

Le gouvernement fait valoir que la création de l'AAI «ne représente pas» un «chevauchement ou vidage des compétences des services clés qui répondent aux demandes et aux demandes de la population immigrée», mais plutôt «renforçant la coordination et harmonisant les pratiques et procédures sectorielles» .

"Orientation, partage d'informations, suivi, évaluation et formulation de subventions pour la pratique de l'immigration et / ou d'autres politiques publiques pertinentes pour l'intégration des immigrants", lit-on.

L'AAI est chargée de préparer des propositions de politiques, stratégies et plans nationaux, programmes et projets pour la gestion de l'immigration et l'intégration des immigrants, ainsi que d'assurer leur mise en œuvre.

Il a également pour fonction de coordonner et d'évaluer périodiquement la mise en œuvre des mesures, stratégies et / ou plans nationaux dans le domaine de l'immigration et de l'intégration des immigrants, de promouvoir des programmes et des projets qui facilitent l'accès des immigrants aux services de base, «notamment la régularisation, l'éducation , santé, travail et sécurité sociale ».

Aussi pour assurer l'articulation institutionnelle et le partage d'informations avec les institutions publiques et de la société civile impliquées ou intéressées par le phénomène de l'immigration au Cap-Vert, "mettre en place et suivre les structures et services d'assistance et de soutien aux immigrés" dans les différents comtés.

La Haute Autorité entend promouvoir "une politique de proximité qui permet de suivre et de résoudre les préoccupations et les demandes de ces communautés", et "promouvoir le développement des capacités des institutions publiques, privées et de la société civile".

PVJ // VM