1-1-e1669908198824-png
25051893_wm-7839943-2284998-jpg

L’association veut une journée nationale et son propre enregistrement pour le cancer héréditaire

S’adressant à Lusa, Tamara Milagre, présidente d’EVITA – Association pour le soutien des porteurs d’altérations des gènes liés au cancer héréditaire, rappelle que le cancer héréditaire représente 10% de tous les cancers et souligne la nécessité de discriminer les cas d’origine héréditaire de d’origine sporadique , de définir une stratégie de lutte, sachant que cette discrimination n’existe pas dans le Registre national d’oncologie (RON).

« Pour l’instant, ce sont des chiffres pour 2019 [os que foram divulgados este fim de semana]🇧🇷 Chez Globocan il y a déjà des chiffres pour 2020, avec 70 000 cas par an, 7 000 de cancer du sein, par exemple », précise Tamara Milagre, insistant sur la nécessité de distinguer les cas d’origine héréditaire.

Commentant les données du RON 2019, qui font état de 57 878 ​​nouveaux cas de cancer et de 28 464 décès, Tamara Milagre insiste : « une chose qui ressort, c’est que les cancers ont augmenté chez les femmes en âge de procréer ».

« Le cancer héréditaire prend-il plus de poids parce que nous sous-identifions les porteurs de changements dans les gènes liés au cancer héréditaire ? Je le crois », a-t-il déclaré.

Selon les données RON 2019, les nouveaux cas de cancer ont augmenté de près de 20 % par rapport à 2010. Les hommes continuent d’avoir un taux d’incidence plus élevé que les femmes, ce qui est vrai pour tous les groupes d’âge, à l’exception des femmes en âge de procréer.

« L’hérédité est là, mais il n’est pas identifié. Et tous les arguments pour un bailleur de fonds ou pour un décideur sur le fait que ce cancer coûte très cher ou pas et sur l’impact socio-économique, je ne peux parler que si je sais combien de personnes sont touchées », a ajouté le responsable.

À cet égard, EVITA lancera prochainement un projet de recherche (« HBOC-EFFECT »), en partenariat avec l’Institut de recherche et d’innovation en santé (i3S), l’Institut portugais d’oncologie (IPO) à Lisbonne, la Nova Medical School (NMS ) et la Nova School of Business and Economics (Nova SBE), précisément pour déterminer le fardeau socio-économique du cancer héréditaire du sein et de l’ovaire.

L’association a défendu la nécessité d’une « stratégie innovante » pouvant avoir un impact significatif sur la réduction de l’incidence et des décès précoces des syndromes impliquant les cancers les plus fréquents et les plus meurtriers au Portugal et en Europe : sein, prostate, colorectal, estomac, thyroïde. , pancréas, utérus, ovaire et mélanome, entre autres.

Le cancer héréditaire représente 10 % de tous les cancers et résulte de mutations génétiques germinales, héritées de manière autosomique dominante, ce qui signifie que « tous les parents au premier degré d’un porteur d’une mutation génétique ont 50 % de chances de l’être aussi », précise-t-elle. EVITA, soulignant que ces mutations « sont facilement détectables grâce à un test génétique ».

Tamara Milagre rappelle que ce cancer survient généralement à un âge précoce, bien avant tout dépistage de population, et ajoute plusieurs cas de cancer dans une même lignée familiale, soulignant que la mutation n’est généralement identifiée que lorsque la personne a déjà été diagnostiquée.

« Ce n’est qu’à ce moment-là que les membres restants de la famille pourront être invités à se soumettre au test génétique et à prévenir la maladie », souligne le responsable, insistant sur le fait que, malgré le plus grand potentiel de prévention/diagnostic précoce, ce cancer se poursuit avec des « taux inacceptables ». diagnostics tardifs.

Pour EVITA, qui sera reçue mercredi à l’Assemblée de la République par les députés de la Commission de la santé, il est également indispensable de créer la Journée nationale du cancer héréditaire, pour donner plus d’importance et stimuler le débat sur ce cancer. Le jour choisi est le 23 mai, jour de la mort d’Aldred Scott Warthin, un pathologiste américain dont les recherches ont jeté les bases de la compréhension de l’hérédité de certains types de cancer et qui est considéré comme « le vrai père de la génétique ».

SO // ZO

Articles récents