L’adhésion aux grèves dans les compagnies de bus privées oscille entre 75 % et 100 %, selon la Fédération des syndicats des transports et des communications (Fectrans), qui reconnaît une adhésion variée et met l’accent sur la « bonne réponse » des travailleurs.

« C’est très varié. Nous avons des adhésions de l’ordre de 75% à 100% et nous avons, dans les petites entreprises, une adhésion moins importante », a déclaré Lusa José Manuel Oliveira, coordinatrice de Fectrans, à l’agence.

Le responsable souligne la « bonne réponse » des travailleurs, soulignant que l’adhésion à la grève a eu un impact « à la fois du point de vue du nombre de travailleurs couverts, et du point de vue de l’impact du service public fourni par le pays, bien qu’avec des différences dans certaines régions et dans certaines entreprises ».

« Nous savions que nous étions en grève dans un secteur avec une lutte qui n’avait pas duré depuis des décennies et que nous avions des problèmes au départ, soit de pouvoir atteindre le maximum de travailleurs, soit de pouvoir avoir un travail de clarification complet, en tenant compte du fait que le secteur est très dispersé et que les travailleurs sont introuvables à tout moment », a déclaré le syndicaliste, soulignant que, dans l’ensemble, la réponse a été bonne.

Le coordinateur de Fectrans a également estimé que, « à partir de la réalité d’aujourd’hui » les syndicats sont « avec de meilleures conditions pour le travail à suivre, avec l’objectif de la grève du 1er octobre, qui suit à ce moment-là, à l’exception de la gare routière de Lisbonne, où la grève — qui a eu une participation d’environ 80 % — est prolongée jusqu’à demain » [terça-feira].

« On a réussi à monter un combat, avec cette envergure sectorielle, ce qui n’avait pas été fait depuis longtemps », a-t-il souligné.

Les travailleurs des compagnies de bus privées sont en grève aujourd’hui, avec un autre arrêt déjà prévu le 1er octobre, pour protester contre de meilleurs salaires, dans une initiative qui englobe plus de 90 entreprises à travers le pays.

L’arrêt a commencé à 03h00 aujourd’hui et se poursuit jusqu’à la même heure mardi. A Rodoviária de Lisboa, la grève inclura également tout le 21 septembre.

Selon un communiqué publié par la Fédération le 13 septembre, les revendications des travailleurs comprennent « une augmentation immédiate du salaire de base du chauffeur à 750 euros » et une mise à jour au même pourcentage pour « le salaire des autres travailleurs ».

Par ailleurs, les travailleurs réclament une « mise à jour de la subvention repas dans les mêmes termes de pourcentage que l’augmentation de salaire du chauffeur » et « que l’intervalle de repos soit réduit à deux heures maximum (dans les entreprises où l’intervalle est plus long) ».

SO (ALYN) // JNM

Le contenu L’adhésion à la grève des travailleurs des gares routières privées varie entre 75 % et 100 %, selon Fectrans, il apparaît d’abord à Visão.