Armando Venâncio a été l'un des noms fondateurs du Teatro Estúdio de Lisboa, du metteur en scène et dramaturge Luzia Maria Martins et de l'actrice Helena Félix, après avoir commencé sa carrière à la compagnie Rafael de Oliveira en 1945.

Mais c'est la télévision qui a fait connaître son visage, des nuits de théâtre RTP des années 1960 à la série «Médico de Família», de SIC, des années 1990, sans oublier les premiers feuilletons portugais, comme «Origens» et "Pluie sur le sable".

Né à Marinha Grande, en septembre 1925, Armando Venâncio fait ses débuts sur scène à l'âge de 19 ans, dans «Amor de Perdição», de Camilo Castelo Branco, que la Compagnie Rafael de Oliveira met en scène à Évora à l'été 1945 .

L'acteur est resté proche de la compagnie des Artistes Associés et de ses tournées du pays dans les années qui ont suivi. Il a également travaillé dans un magazine, au Teatro ABC, sur les soirées théâtrales du RTP nouvellement créé et dans des productions de la Companhia Rey Colaço-Robles Monteiro.

En 1964, Armando Venâncio est l'un des noms fondateurs du Teatro Estúdio de Lisboa auquel il est resté attaché depuis la pièce inaugurale «Joana de Lorena» de Maxwell Anderson.

Avec cette compagnie, il a joué des auteurs tels qu'Anton Tchekhov («Le cerisier»), Robert Bolt («Thomas More»), Jean Anouilh («Poor Bitô»), Thornton Wilder («Notre ville»), Jean Giraudoux («A fou de Chaillot »), Arnold Wesker (« La cuisine »).

C'était également lors de la fermeture de la société fondée par Amélia Rey Colaço et Robles Monteiro, faisant partie du casting de «O concerto de Santo Ovídio», d'Antonio Buero-Vallejo, et du dernier spectacle sur scène, «samedi, dimanche et lundi», d'Eduardo de Filippo, créé en février 1974 au Teatro da Trindade.

La base de données du Centre d'études théâtrales de la Faculté des arts de l'Université de Lisbonne associe également le nom d'Armando Venâncio à la Casa da Comédia, où il a réalisé «A Pandora's Box», de Fernando Amado, et les années fondatrices de la Teatro Maria Matos, qui comprend sa performance dans «Tombo no inferno», d'Aquilino Ribeiro, qui a inauguré le showroom, et dans «A relíquia», de Luís de Sttau Monteiro, réalisé par Artur Ramos.

En 1975, Venâncio fonde le Teatro do Povo, avec l'acteur Pedro Pinheiro, mettant en scène des créations telles que «Avenida da Liberdade» et «Uma song in the bread».

Au Teatro Popular, qui réunit les noms de Jorge Listopad et Norberto Barroca, il réalise, entre autres pièces, «Jesus Christ in Lisbon», d’Alexandre O’Neil et Mendes de Carvalho, à commencer par Raul Brandão et Teixeira de Pascoaes.

Le travail télévisé d'Armando Venâncio remonte aux dramatisations du début des années 1960, comme «A Pérola», sur John Steinbeck, de Herlander Peyroteo, ou «A Vida é um Sonho», de Ricardo Alberty, de Jorge Listopad, et « Transmission interrompue », par Ruy Ferrão.

Dans les années 1980 et 1990, il devient une présence régulière sur le «petit écran», d'abord dans des séries dramatiques telles que les adaptations de «Os Maias» et «A Tragédia da Rua das Flores», d'Eça de Queirós, de Ferrão Katzenstein, puis de feuilletons qui ont affirmé la production portugaise, tels que "Cinzas", "Origens", "Chuva na Areia" et "Verão Quente".

La série «Médico de Família», diffusée par SIC entre 1998 et 2000, apparaît comme son dernier travail à la télévision.

Au cinéma, il est apparu dans «O Judeu» (1996), de Jom Tob Azulay, et «Verde por Fora, Vermelho por Dentro» (1980), de Ricardo Costa.

Selon Casa do Artista, où Armando Venâncio a vécu ces dernières années, l'acteur a été admis à l'hôpital de Santa Maria, à Lisbonne, où il est décédé.

MAG // TDI