Né en 1933, Villar fait ses débuts en tant qu'amateur dans le groupe Miguel Joaquim Leitão, à Leiria, et, en tant que professionnel, en 1959, dans la compagnie de voyage de Rafael de Oliveira, où il resta jusqu'en 1961, et avec lequel il parcourut le pays successivement. des visites.

Une invitation à participer à la pièce «O Alfageme de Santarém», d'Almeida Garrett, sur RTP, l'a amené à décider de débuter sa carrière d'acteur à plein temps. Il fait suite à RTP «Carmosina» (1963), aux côtés d'Alina Vaz, une pièce basée sur l'œuvre de l'écrivain français Alfred de Musset, dans une adaptation télévisée d'Ema Paul.

Sa carrière a été marquée par plusieurs tournées, tant au Portugal qu'à l'étranger, dans les différentes sociétés auxquelles il appartenait, à savoir celle d'Amélia Rey Colaço / Robles Monteiro, Metrul, où il était également réalisateur, dans celle de Francisco Ribeiro, ou au Teatro de Todos le Times and the Companhia Independente de Teatro et le Teatro Experimental de Cascais (TEC).

L'une des dernières apparitions sur scène remonte à 2015, au Théâtre National D. Maria II, à Lisbonne, dans la pièce «Cyrano de Bergerac», d'Edmond de Rostand, mise en scène par João Mota.

En 2016, il participe, avec Carlos Quintas, à la pièce «Faz-te ao Largo», de Carlos Cabral, mise en scène par Ruy de Matos et emmenée sur scène au Teatro Armando Cortez, à Lisbonne.

Alberto Villar était le nom de scène de José Alberto do Espírito Santo, né à Leiria le 2 novembre 1933.

Au Théâtre National D. Maria II, depuis sa réouverture en 1978, il a participé à plusieurs pièces de théâtre, à savoir, «Auto da Geração Humana», «O Judeu», «Pedro, o Cru», «Auto de Santo António», « Les Furies »,« Ricardo II »,« Heureusement il y a le clair de lune »,« Les joyeuses comadres de Windsor »ou« Les enfants du soleil ». Sa carrière de plus de 50 ans est étroitement associée à D. Maria II, où il était sur les lieux lorsque le bâtiment a été incendié en 1968.

«C'était une journée très triste», a-t-il rappelé, dans une interview à l'agence Lusa, évoquant «la force et l'esprit de Mme D.ª Amélia (Rey-Colaço) à (continuer) en tant que compagnie, dans un autre théâtre».

Ils ont ensuite fait leurs débuts, à l'époque Teatro Avenida, à Lisbonne, «A Invasão», de Miguel Franco, dont il faisait partie de la distribution. La pièce «a quitté les lieux peu de temps après la première, interdite par la censure, après une visite au théâtre de l'amiral Américo Thomaz», alors président de la République.

"Nous étions tous dévastés, mais nous avons continué parce que la compagnie dépendait de la billetterie, car le soutien de l'État était très court", a-t-il déclaré.

Ce n'était pas la première fois que Villar ressentait la répression de la censure. En 1973, il fait partie du casting de la pièce «Fonte de Ovejuna», de Lope de Vega, selon une version de Natália Correia, de TEC, dans une mise en scène de Carlos Avilez.

"La stratégie était de présenter le jeu en Espagne et, en s'appuyant sur une bonne présentation et de recueillir de bonnes critiques, comme cela s'est produit, puis de le présenter au Portugal, en contournant la censure précédente".

La pièce dans laquelle les actrices se sont finalement déshabillées et torse nu s'adressant au public a été présentée au Portugal, mais avec un avertissement des autorités de «se trouver simplement dans la commune de Cascais», a-t-il déclaré lors d'une interview à l'agence Lusa.

Au Théâtre National D. Maria II, il a également été directeur de scène, après avoir travaillé avec Filipe la Féria, notamment dans «A Casa do Lago», avec Ruy de Carvalho, Eunice Muñoz, Maria de Lima, Luís Zagalo, Gustavo Gaspar et Pedro Lima.

Avec La Féria, il a participé aux comédies musicales «Amália» et «Love Story», entre autres.

En 1985, en tant que boursier du ministère de la Culture, il suit un cours de mise en scène et de régie au Teatro Nacional de Chaillot, à Paris, sous la direction d'Antoine Vitez (1930-1990).

Alberto Villar en face, entre autres, avec les acteurs Raul Solnado, Camilo de Oliveira, Eunice Muñoz, Catarina Avelar, Guida Maria, Rita Ribeiro et Alina Vaz, avec qui il a co-dirigé le projet «Viagens ao Teatro», qui était sur la scène, à Lisbonne , depuis 25 ans.

NL // TDI

Le contenu de l'acteur Alberto Villar décédé à 87 ans apparaît en premier dans Visão.