Née en 1949, à New York, Jeanne Lamon fut l’une des premières grandes interprètes à se consacrer au sauvetage des répertoires préromantiques sur le continent américain, et l’une des premières chefs d’orchestre à devenir propriétaire d’un orchestre.

Dans les années 1960-1970, il étudie dans sa ville natale avec le violoniste Robert Koff du Julliard Quartet, à Boston et à Amsterdam, où il travaille avec le violoniste Herman Krebbers, ancien premier violon de l’Orchestre royal du Concertgebouw, et assume la direction du nouveau créé forme le Tafelmusik Orchestra, à Toronto, en 1981, à la tête duquel elle demeure jusqu’en 2014, puis devient directrice émérite.

Tafelmusik a été le premier orchestre d’époque en Amérique du Nord, dédié à l’interprétation historiquement informée de la musique ancienne, baroque et classicisme, sa recherche et sa diffusion, élargissant son activité à l’enseignement et à la collaboration avec d’autres institutions.

En 1974, il a reçu le prix Erwin Bodky pour « l’excellence dans l’interprétation de la musique ancienne » alors qu’il dirigeait le département de musique ancienne du Smith College Massachusetts. C’était le premier d’une douzaine de récompenses qui allaient marquer sa carrière.

En tant que directrice artistique, violoniste et chef d’orchestre de l’orchestre Tafelmusik, qu’elle a amené au Portugal, Jeanne Lamon a ajouté des centaines de concerts et d’enregistrements de compositeurs tels que Henry Purcell, Johannn Sebastian Bach, Mozart et Joseph Haydn, parmi tant d’autres, qui restent dans le premier choix parmi les guides de musique classique Gramophone et Penguin.

Il en va de même avec les enregistrements des concerts d’Antonio Vivaldi, qu’il a enregistrés avec le violoncelliste Anner Bylsma (1934-2019).

Il se consacre également à l’investigation du répertoire du romantisme primitif, ayant enregistré, entre autres œuvres, les cinq concertos pour piano et orchestre de Beethoven, avec Jos van Immerseel comme soliste.

Lamon a toujours dirigé l’orchestre, selon la tradition baroque, depuis sa position de concertino, « premier violon ».

Il s’est produit au Portugal, avec et sans l’orchestre Tafelmusik, notamment lors des saisons de la Fondation Calouste Gulbenkian.

Elle a été professeur à l’Université de Toronto et au Royal Conservatory of Music de la capitale canadienne.

Elle a été la première récipiendaire du Toronto Arts Council Muriel Sherrin Prize en 1996, le prix Molson du Conseil des Arts du Canada, qui lui a accordé la citoyenneté en 1988.

Lamon a été vaincue par un « cancer fulgurant », dont elle a pris connaissance ces derniers mois, selon un communiqué de l’orchestre, diffusé lundi soir au Canada.

Dans une interview avec le journaliste Bruce Duffie de Chicago, en 2012, lorsqu’il a annoncé la démission de la direction de Tafelmusik, la saison suivante, il a déclaré qu’il ne se serait pas consacré à la musique si elle ne représentait pas la joie et le plaisir. « C’est beaucoup de travail, c’est un travail difficile, mais c’est très amusant. Et stimulant ».

MAG // JAP

Le contenu La violoniste et chef d’orchestre Jeanne Lamon, directrice de l’orchestre Tafelmusik, est morte, apparaît pour la première fois dans Visão.