Cette semaine, la famille de « l’auteur chanteur » a signé, avec la Faculté des sciences sociales et humaines (FCSH), de l’Universidade Nova de Lisboa, un protocole pour le transfert de la succession de José Mário Branco (1942-2019), pour l’organisation et le catalogage de centaines de documents, enregistrements, photographies, disques et autres objets.

Ce protocole crée également le Centre d’étude et de documentation José Mário Branco – Música e Liberdade, et le domaine sera géré et étudié par un comité scientifique dirigé par la chercheuse Salwa Castelo-Branco.

L’un de ses fils, Pedro Branco, a expliqué à l’agence Lusa que ce protocole poursuit le travail que José Mário Branco avait commencé il y a quelques années avec l’Institut d’ethnomusicologie – Centre d’études en musique et danse (INET-md) et le Centre de Études de sociologie et d’esthétique musicale (CESEM), de cette université, d’identification et de catalogage des œuvres écrites et musicales.

« Ils ont fait un travail spectaculaire de collecte de matériel que même lui ne connaissait pas. [Este protocolo] vient légitimer cette continuité du travail en cours. Ce qu’ils font, c’est organiser tout cela au fur et à mesure qu’ils découvrent plus de choses au Portugal et à l’étranger », a expliqué Pedro Branco.

Interrogé sur ce qui sera sous la garde du FCSH, Pedro Branco répond : « Tout. Toute l’activité artistique et politique que mon père a eue, et de toutes les manières qui se sont manifestées, et même le travail avec les autres [músicos e artistas e outros intervenientes]”.

José Mário Branco, l’un des plus grands noms de la musique portugaise du XXe siècle, notamment depuis les années 1970, est décédé à l’âge de 77 ans, en novembre 2019.

Le travail de catalogage déjà effectué, par le CESEM, est accessible « en ligne », sur la page archivejosemariobranco.fcsh.unl.pt, et résulte de la numérisation de plus d’un millier de documents, tels que partitions, lettres, lettres de chansons, matériel de travail et photographies.

Avec INET-md, l’un des fruits de ce travail a été l’édition, en 2018, d’un double album avec des inédits et des raretés de José Mário Branco, enregistré entre 1967 et 1999.

Pedro Branco explique que la famille essaie de réaliser le souhait de José Mário Branco, de créer une fondation, de gérer tout ce patrimoine « qui, au fond, n’appartient pas à la famille ».

« La famille assume sa gestion et son importance tant que la fondation n’est pas construite. C’était le souhait de notre père. L’idée de créer cette collection, c’est qu’elle soit ensuite disponible pour tout le monde, pour tout ce qu’il faut, pour d’autres chercheurs, pour des particuliers », a expliqué Pedro Branco.

Le comité scientifique du FCSH, qui traitera du travail de l’auteur-compositeur-interprète portugais, comprendra également des chercheurs de l’INET-md et du CESEM et un chercheur désigné par la famille.

SS // MAG