"Les prévisions agricoles, au 31 mai, pointent une mauvaise campagne pour les graines de pruneau, notamment dans la cerise, où une baisse de 60% du rendement unitaire est attendue par rapport à 2019, mais aussi dans la pêche, dont la productivité devrait être de l'ordre de 9, 1 tonne par hectare (-20% par rapport à la campagne précédente) », précise l'Institut national de la statistique (INE).

Comme il l'explique, «ces baisses sont la conséquence des conditions météorologiques très défavorables du printemps, à savoir les pluies intenses qui se sont produites pendant les périodes sensibles du cycle de ces cultures», et qui ont également causé «des dégâts considérables» dans les vergers de pommiers, les bleuets et de nombreuses cultures légumes et pommes de terre.

En revanche, dans les céréales d'hiver, on estime une augmentation générale de la productivité (+ 10% pour le blé tendre et le triticale et + 15% pour le blé dur, l'orge et l'avoine), maintenant le seigle aux niveaux de 2019.

Dans le cas spécifique de la cerise, dont la récolte "est très sensible aux conditions météorologiques", l'INE rapporte que la productivité a été "particulièrement affectée" par les chutes de neige, le 31 mars, dans l'une des principales zones de production (Cova da Beira), lorsqu'elle était «en pleine floraison / pollinisation de variétés intermédiaires / saisonnières / tardives».

Et si cet événement "n'a pas affecté de manière significative" les variétés précoces, qui étaient déjà à des stades antérieurs, "les jours de températures anormalement basses, la formation de givre et les précipitations intenses de la première quinzaine d'avril" ont également fini par provoquer "des dégâts importants" dans ces variétés, une grande partie de la production devenant craquelée ou sans pouvoir de conservation (et, par conséquent, sans intérêt commercial) ».

"Pour aggraver cette situation, la météo du 31 mai, avec pluie, grêle et vents violents, a endommagé de nombreux fruits qui avaient réussi à se venger et à mûrir", ajoute-t-il.

En conséquence, fait remarquer l'INE, certains des «agents du secteur qui, à l'heure actuelle, emploieraient des dizaines de travailleurs dans la cueillette de la cerise ne recrutent pas (pour ne pas être économiquement rentables) ou ont réduit les équipes à la main-d'œuvre qui habituellement fournit d'autres types de services agricoles dans les exploitations agricoles ».

En ce qui concerne les cultures de printemps / été, la réduction de 10% prévue pour la zone rizicole est mise en évidence, en raison de l'interruption de l'approvisionnement en eau sur environ trois mille hectares de lits de cette culture pendant les travaux de réhabilitation. zone hydro-agricole de la vallée du Sado.

Dans le cas du maïs, des pommes de terre et des tomates pour l'industrie, les surfaces installées devraient être similaires à celles de la campagne précédente, tandis que dans le tournesol, il devrait y avoir une réduction (-15%, pour les sept mille hectares), «suivant la tendance observée au cours des cinq dernières années ".

Dans le cas du maïs irrigué et pluvial, l'INE vise à maintenir la superficie installée autour de 76 mille et sept mille hectares, respectivement, tandis que pour les pommes de terre, la superficie totale (pluviale et irriguée) devrait diminuer de 1% et pour les tomates. la superficie installée devrait s'établir à environ 14 900 hectares.

Selon l'institut, "la pression des maladies cryptogamiques a été intense, nécessitant l'intensification des traitements phytosanitaires dans la plupart des cultures".

PD // VC

Le contenu La production de cerise chute de 60% et de pêche de 20% en raison des pluies intenses – INE apparaît d'abord à Visão.