Le document présenté aujourd’hui, promu par la Fondation Francisco Manuel dos Santos et coordonné par Fernando Diogo, professeur de sociologie à l’Université des Açores, résulte de l’observation des dernières données disponibles de l’Enquête sur les conditions de vie et les revenus (ICOR), lié à 2018, allied a mené une analyse qualitative basée sur «91 entretiens approfondis à travers le pays».

Selon le coordinateur de l’équipe de 11 personnes, cette méthodologie inédite nous a permis de représenter la «diversité de la pauvreté au Portugal», de comprendre «comment s’organise la pauvreté» et pourquoi «les personnes en situation de pauvreté ne sont pas toutes pareilles».

S’adressant à l’agence Lusa, Fernando Diogo a souligné que l’étude a identifié «quatre profils de pauvreté au Portugal, qui sont nouveaux: les retraités (27,5%), les précaires (26,6%), les chômeurs (13%) et les travailleurs (32,9%). ) ».

L’analyse conclut qu’un tiers des pauvres sont des travailleurs. En plus des conditions précaires, il est clair que plus de la moitié des personnes en situation de pauvreté travaillent, ce qui signifie qu ‘«avoir un emploi sûr ne suffit pas pour sortir de la pauvreté», souligne le document.

Pour Fernando Diogo, «ce fut une surprise» de constater que «la plupart de ces personnes étaient efficaces» dans les entreprises depuis plusieurs années, puisque les chercheurs s’attendaient à trouver principalement des personnes ayant une trajectoire d’emploi «carrousel», dans laquelle alterne activité de travail précaire , périodes de chômage et «zone diffuse entre travail et non-travail».

«Il y a une partie des pauvres qui sont efficaces dans leur travail, beaucoup depuis plus de 10 ans et certains depuis plus de 20 ans. Bien sûr, avec de bas salaires, ils doivent partager leur salaire avec la famille, avec une famille nombreuse », a-t-il souligné.

Les résultats présentés montrent également qu’en 2018, près de la moitié des chômeurs au Portugal étaient en situation de pauvreté, ce qui signifie qu’ils sont le groupe où le taux est le plus élevé et a augmenté.

Malgré les fluctuations de la variation du taux de pauvreté sur la période observée, entre 2003 et 2019, «la valeur est toujours proche du cinquième de la population totale» et les derniers indicateurs, de 2018, sont de 17,2%, soit l’équivalent de 1,7 millions de personnes.

Le taux de pauvreté des enfants « est constamment plus élevé que le taux mondial », a souligné le coordinateur de l’étude, qui met en garde contre deux types de familles avec des taux de pauvreté supérieurs à la moyenne mondiale: les familles monoparentales ou celles où il y a deux adultes avec trois enfants ou plus.

«Environ un tiers des individus de chacune de ces catégories sont en situation de pauvreté, ce qui est un chiffre très significatif. Il y a très peu de catégories qui ont des valeurs de ce genre », a souligné Fernando Diogo. «Les ménages où il y a des enfants sont ceux où le taux et la pauvreté sont les plus élevés», a-t-il ajouté.

L’étude met en évidence la «dimension familiale» de la pauvreté, car de nombreux répondants sont pauvres parce qu’ils n’ont pas de revenus, qu’ils sont irréguliers ou sont faibles et doivent les partager.

L’analyse a également confirmé le «caractère structurel» du phénomène, maintenant une part expressive de la population dans cette situation au fil des années et avec un «processus intergénérationnel de reproduction de la pauvreté», identifiant les personnes qui «ont grandi dans un contexte plus ou moins défavorisé, conditionner, à l’avance, vos opportunités dans la vie ».

L’entrée précoce dans le monde du travail et le décrochage scolaire sont quelques-uns des facteurs.

Les personnes des quatre profils identifiés ont en commun, pour la plupart, d’être dans la pauvreté «depuis longtemps et avoir hérité de cette situation de leurs parents», conclut l’enquête, publiée dans un livre.

L’étude permet également d’estimer la probabilité accrue de pauvreté pour certains groupes ou catégories sociaux, tels que ceux qui ont la principale source de revenus pour les transferts sociaux de l’État, à l’exception des retraites, et les ménages de deux adultes et trois ou plus. enfants.

Fernando Diogo évoque également les «trois D de la pauvreté: chômage, maladie et divorce», facteurs qui produisent cette situation, empêchent les gens d’en sortir et peuvent l’intensifier.

Selon le coordinateur de l’étude, «la plupart des gens ne se pensent pas pauvres» ou relativisent par rapport aux situations de misère.

«Les gens ne vivent pas des situations faciles et ne se rationalisent pas, pour pouvoir survivre à leur propre situation et minimiser l’impact stressant de la situation dans laquelle ils vivent», explique Fernando Diogo, à l’agence Lusa.

Pour le coordinateur de l’étude, structurer la pauvreté en quatre profils est important car cela permet de répondre à des problèmes spécifiques.

«Il existe différents profils de pauvreté au Portugal qui finissent par exiger des approches différentes. Si, d’une part, cela fait progresser les connaissances sur la pauvreté au Portugal, d’autre part cela permet une discussion sur le sujet et permet l’application de politiques publiques plus efficaces pour lutter contre la pauvreté, car elles sont plus proches de la cible », a déclaré Fernando Diogo.

Le taux de pauvreté correspond au pourcentage d’individus ayant un revenu inférieur à 60% du revenu médian observé dans le pays une année donnée et était, en 2018, de 501,2 euros par mois.

AYR // MP

Lusa / Fin.

AYR

Lusa / Fin.

Le contenu La plupart des personnes vivant dans la pauvreté travaillent – une étude paraît d’abord dans Visão.