Intitulée « A Rainha da Beleza », dans la version de la compagnie théâtrale ASSéDIO, qui coupe du titre original le lieu où se déroule l’action (« A Rainha da Beleza de Leenane »), la pièce met en scène deux femmes comme protagonistes , résidant dans un petit village irlandais appelé Leenane, dans la région du Connemara : une mère, Mag (jouée par Filomena Gigante), apparemment affaiblie et ayant besoin d’aide, et sa fille, Maureen (Benedita Pereira), qui n’aime pas avoir sa mère comme sa personne à charge dans une maison d’où les deux sœurs sont déjà parties.

« La question est un sujet qui est à l’ordre du jour, c’est un conflit familial, ce sont deux femmes qui sont coincées dans le même sort, l’une accrochée à l’autre. Maureen prend soin de sa mère et sa mère la manipule constamment. […] Ce conflit est très présent aujourd’hui », a déclaré le réalisateur João Cardoso à Lusa à la fin d’un essai pour les journalistes.

Créée à l’origine en 1996 à Galway, en Irlande, lorsque l’anglo-irlandais Martin McDonagh avait 25 ans, la pièce a été un succès immédiat, en tournée cette année-là et plus tard nominée pour un Laurence Olivier Award. Deux ans plus tard, il a frappé Broadway.

Outre son succès, comme d’autres œuvres de McDonagh, pendant des années classées « enfant terrible » du monde théâtral, « A Rainha da Beleza » a suscité la polémique pour la dureté avec laquelle elle (re)traite les personnages.

« C’est un type de violence qui devient parfois inévitable en raison de la condition des gens. On parle d’un village irlandais, avec peu d’habitants, les gens sont déjà fermés et Maureen n’a pas trouvé, à un moment donné, une raison de partir ou quelqu’un pour la tirer, comme ici dans notre intérieur. C’est très similaire, c’est un village rural en Irlande, très similaire aux villages qui [temos] et qui limitent les gens, attrapent les gens. Et puis cela conduit à une exaspération qui génère facilement de la violence », a souligné João Cardoso.

Dès le début de la pièce, qui se déroule dans la maison de Mag et Maureen, avec une cheminée dans un coin et une télévision dans un autre, il y a une tension entre les deux protagonistes : « Tu es vieux et con et tu ne sais pas quoi à vous de dire », dit Maureen à sa mère, quelques minutes après la première dispute.

Une conversation sur un homme qui a tué une femme âgée à Londres conduit rapidement à un fantasme de la part de la fille sur la possibilité que le même homme leur rende visite pour faire de même avec Mag.

Au milieu du conflit entre les deux femmes, l’Irlande et son existence par rapport à l’extérieur apparaissent en toile de fond : fierté de la langue irlandaise, qui n’aide pas à chercher un emploi à l’étranger, comme le souligne Mag, et la pauvreté économique du pays qui a forcé ses citoyens à émigrer.

Dans un dialogue révélateur, lorsque Maureen ramène un homme, un émigré en Angleterre, chez lui pendant que Mag dort, elle fait référence à « la vieille Irlande, [onde há] toujours quelqu’un qui part », ce qui fait dire à Pete Dooley (joué par João Castro) avec un haussement d’épaules : « Que faire ? ». Maureen a la réponse sur le bout de la langue : « Reste », dit-elle, presque indignée, un rappel qu’elle a, oui, fait.

« A Rainha da Beleza » est la première œuvre de la soi-disant « Leenane Trilogy », de McDonagh, suivie de « A Skull in Connemara » (jamais mise en scène au Portugal, selon la base de données du Centre d’études théâtrales de la Faculté de Lettres de l’Université de Lisbonne) et « Oeste Solitário » (joué une fois au Portugal, par le Teatro das Beiras, en 2006).

A la question de savoir si l’ASSéDIO aurait des plans pour continuer la trilogie, João Cardoso a indiqué que « pas pour l’instant », bien qu’il ne ferme pas la porte à l’idée.

« A Rainha da Beleza » est réalisé par João Cardoso et interprété par Benedita Pereira, João Castro, Filomena Gigante et Pedro Quiroga Cardoso. La scénographie et les costumes sont de Sissa Afonso, la conception sonore de Francisco Leal et la conception lumière de Filipe Pinheiro.

La première, par ASSéDIO, a lieu aujourd’hui, dans le grand auditorium de la Casa das Artes à Vila Nova de Famalicão, qui coproduit, où elle sera sur scène jusqu’à dimanche (aujourd’hui et samedi à 21h30, dimanche à 17h00), suivi de la salle de poche de l’entreprise, à Porto, entre le 1er et le 12 juin.

A Porto, la capacité maximale sera de 40 personnes, ce qui signifie que « ce sera un autre type de spectacle », comme l’a dit João Cardoso.

TDI // MAG