Dans un communiqué adressé à Lusa en réponse aux critiques qui ont pris aujourd'hui la forme d'une pétition adressée au parlement contre la «destruction de la principale mosquée de Lisbonne identifiée dans le siège patriarcal», la direction générale du patrimoine culturel (DGPC) affirme que la préservation sur place des structures en question "n'est pas compatible avec l'exécution des travaux en cours".

Selon la DGPC, qui rappelle que d'autres compositions ont été démantelées auparavant, le maintien des structures «mettrait en péril la stabilité structurelle d'une partie substantielle de l'aile sud du cloître de la cathédrale patriarcale (monument national), mettant en péril la mise en œuvre même du projet reformulé. et l'investissement associé ».

«Les travaux archéologiques sur le site ont été menés conjointement avec les efforts, permettant de minimiser les impacts sur le patrimoine archéologique sous-jacent et les éléments structurels du bien classé, en évitant son effondrement, malgré la mise en œuvre de mesures fortes et strictes pour stabiliser et soutenir le eux-mêmes », ajoute la direction générale.

Selon la DGPC, «les structures identifiées et qui doivent maintenant être démantelées par l'application de la (Loi fondamentale du patrimoine culturel) correspondent à une petite section de mur sur laquelle une banque construite en maçonnerie de brique avec deux petites arcades, qui, selon la direction scientifique de l'intervention, peuvent être associées à une zone d'habillage liée aux bains de la mosquée et à une zone associée à la base du minaret qui aurait pu exister à cet endroit ».

Dans le même texte, la DGPC rappelle que la deuxième phase des travaux de restauration et de mise en valeur du Sé Patriarcal de Lisboa a démarré en 2018, avec «l'objectif principal de construire un espace muséal et une crypte archéologique, le remplacement de la cour du jardin du cloître, et la conservation et la restauration des chapelles et des cloîtres inférieur et supérieur ».

«Les vestiges archéologiques alors découverts ont constitué le motif de la demande de révision du projet initialement approuvé, visant à intégrer ces nouvelles découvertes dans le discours et le programme muséologique des ruines archéologiques identifiées il y a des décennies (années 90) dans le sous-sol du cloître de la cathédrale de Lisbonne », Précise la DGPC.

Selon la direction générale dirigée par Bernardo Alabaça, «dans ce contexte, en août 2019, la DGPC a approuvé le projet de modification du centre muséal conçu pour le cloître de la cathédrale de Lisbonne, afin d'intégrer l'ensemble des vestiges archéologiques liée à la supposée mosquée Aljama de Lisbonne, identifiée au cours des travaux de requalification et de mise en valeur de cette zone spécifique du monument classé ».

Le syndicat des travailleurs de l'archéologie (STARQ) a déclaré aujourd'hui qu'il avait demandé à la DGPC des éclaircissements sur l'éventuel démantèlement des structures d'une ancienne mosquée de Lisbonne, dans le cadre des travaux en cours à la cathédrale de Lisbonne.

«Vous ne pouvez pas détruire un élément patrimonial aussi important, du point de vue historique, patrimonial, de la ville de Lisbonne; il est impossible d'accepter une telle chose, surtout dans le cadre d'un projet qui vise à la valoriser. C'est une contradiction absolue et inacceptable », a déclaré à Lusa l'archéologue Jacinta Bugalhão, de ce syndicat.

Selon l'archéologue, le syndicat a reçu cette semaine une plainte concernant la manière dont la DGPC avait donné l'autorisation de démanteler des structures faisant référence à l'ancienne mosquée de Lisbonne, dans le cadre du plan de réhabilitation du cloître de la cathédrale de Lisbonne et de muséalisation de son espace archéologique.

Une pétition publique adressée au Président de l'Assemblée de la République est également en cours, ajoutant plus de 750 signatures, dénonçant que la mise en œuvre du projet dans la cathédrale de Lisbonne impliquera que «tous les compartiments (de la principale mosquée de Lisbonne identifiés dans la cathédrale patriarcale) sont détruit à l’exception de deux ».

Les signataires de la pétition veulent discuter et évaluer «une alternative au projet architectural, afin de préserver l'ensemble du complexe», qui se trouve sous le siège patriarcal et qui, selon Jacinta Bugalhão, s'étend sur trois étages le long de la pente où est situé.

En 2015, lors de la signature de l'avenant, lors d'une séance publique à la See, l'archéologue Alexandra Gaspar a expliqué que les fouilles archéologiques déjà effectuées dans le cloître ont révélé des vestiges néolithiques, phéniciens, romains, wisigoths, islamiques et médiévaux, couvrant 2700 ans.

La cathédrale de Lisbonne est l'un des plus anciens monuments de l'architecture médiévale de Lisbonne et sa construction a commencé immédiatement après la conquête de la ville par les musulmans, en 1147.

TDI (SS / NL) // SR

Le contenu de la DGPC préconise le démantèlement des structures de la cathédrale de Lisbonne pour préserver le bâtiment qui apparaît en premier à Visão.