La consommation d'électricité a baissé de 5,1% au premier semestre par rapport à la même période en 2019, et a atteint sa valeur la plus basse depuis 2004, selon les données publiées aujourd'hui par REN – Redes Energéticas Nacionais.

En juin, la consommation d'électricité diminue de 7,4%, "ou 8,8% avec correction des effets de la température et du nombre de jours ouvrables", avec une certaine reprise par rapport à avril et mai, où "la consommation diminue respectivement , 12% et 13,2% », précise l'information.

«Le premier semestre a enregistré une variation négative de 5,1%, soit 5,2% avec correction de la température et des jours ouvrables. La consommation d'électricité au premier semestre 2020 était en effet la plus faible depuis 2004 », souligne-t-il.

En juin, la production renouvelable fournissait 49% de la consommation nationale, la production non renouvelable 37%, tandis que les 14% restants étaient alimentés en énergie importée.

Selon REN, l'indice de productivité hydroélectrique de ce mois était de 0,78 (moyenne historique égale à 1), tandis que le rendement éolien, plus favorable, était de 1,04 (moyenne historique égale à 1).

Au premier semestre, l'indice de productivité hydroélectrique était légèrement inférieur à la valeur moyenne, avec 0,96 (moyenne historique égale à 1), tandis que l'indice de productivité éolienne était plus défavorable, avec 0,86 (moyenne historique égale à 1).

Au cours de la même période, la production renouvelable a fourni 65% de la consommation, partagée par l'hydroélectricité, avec 31%, l'éolien, avec 24%, la biomasse, avec 7% et le photovoltaïque, avec 2,5%, tandis que la production non renouvelable a fourni 29% , mettant en avant le gaz naturel, «puisque la production de charbon n'avait pas de sens», explique REN.

Le solde des échanges avec les étrangers était un importateur et équivaut à environ 6% de la consommation nationale.

En ce qui concerne le gaz naturel, la consommation a diminué de 5,4% à la fin du semestre, le segment conventionnel se contractant de 9,4%, malgré le fait que le segment de la production d'énergie électrique a augmenté de 4, 9%.

En juin, la consommation de gaz naturel a diminué de 18,7%, "résultant d'une variation négative de 13,5% dans le segment conventionnel et de 25,4% dans le segment de la production d'énergie électrique", rappelle REN, expliquant que, comme pour l'électricité, «la tendance à la baisse de la consommation observée au cours des mois d'avril et de mai s'est quelque peu atténuée».

EA // CSJ

Le contenu de la consommation d'électricité a baissé de 5,1% au 1er semestre et est le plus bas depuis 2004 – REN apparaît en premier à Visão.