L’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime que le Portugal assure une bonne présidence de l’Union européenne, « comme il l’a toujours fait », soulignant sa contribution à une gestion à l’échelle européenne de la crise du covid-19.

Dans un entretien avec Lusa, à Bruxelles, où il continue de suivre de très près l’actualité européenne, désormais en tant que conseiller spécial de la Commission, qu’il a présidé entre 2014 et 2019, Juncker, dans un regard sur les quatre mois qui se sont déjà écoulés Le semestre portugais à la tête du Conseil de l’UE, fait un bilan « assez positif », soulignant que ce n’est pas une surprise, étant donné la « profonde conviction européenne du Premier ministre et des membres du gouvernement ».

«Le Portugal a fait du bon travail, comme avant. Chaque fois que le Portugal était à la présidence [do Conselho], l’Union européenne a fait des progrès, parfois lents, parfois rapides. Je dois dire que, le Portugal étant un membre de longue date de l’Union européenne, il a toujours fait tout ce qui était dans l’intérêt du processus d’intégration européenne. Et cela a été un vrai succès », dit-il.

Alors que cette quatrième présidence portugaise est marquée par la gestion de la crise provoquée, à différents niveaux, par la pandémie du covid-19, Jean-Claude Juncker reconnaît le défi supplémentaire que cela présente, compte tenu de la tentation des États membres d’agir unilatéralement , pour plus dans des domaines tels que la santé ou la gestion des frontières, où il n’y a pas de réelle compétence européenne.

«Il était et est très difficile d’unir les efforts européens de manière claire et coordonnée lorsqu’il s’agit de lutter contre la pandémie. Dès le début de cette crise pandémique, nous avons vu une politique européenne qui se caractérisait par le fait que chaque État membre préparait sa propre soupe pandémique dans son coin », observe-t-il.

Rappelant, par exemple, ce qui s’est passé avec «la fermeture des frontières» décrétée par de nombreux États Membres, dans la plupart des cas sans préavis aux autres, ou la décision de certains pays d’interdire l’exportation de matériel médical, «ce qui était utile» , Juncker souligne qu ‘«il était tout à fait évident que les gouvernements réagissaient dans leur propre coin sur leur propre territoire national», sans prendre en compte la dimension européenne de la crise.

Selon l’ancien président de l’exécutif communautaire, « les choses se sont améliorées depuis, car les membres du Conseil européen ont demandé à la Commission européenne de s’occuper de la vaccination » – pas du processus lui-même, mais des achats et des livraisons – « et la présidence portugaise a tout fait pour que les États membres respectent la dimension européenne de la question de la pandémie ».

«Le Portugal a été d’une grande aide à cet égard», a-t-il salué.

Sous la devise «Il est temps d’agir – pour une reprise verte, juste et numérique», le Portugal assumera le 30 juin de l’année prochaine la présidence du Conseil de l’UE, qui, comme les deux précédents – exercée par la Croatie, dans le la première moitié de 2020, et l’Allemagne, dans la seconde -, a été fortement conditionnée par la pandémie de covid-19.

ACC / TEYA // MDR

Le contenu de Juncker met en évidence la contribution du Portugal à la gestion européenne de la crise pandémique apparaît d’abord dans Visão.