Diverses controverses entourant les effets secondaires rares de la prise des vaccins Covid actuellement approuvés dans l’UE ont conduit le DGS du Portugal à décider que le vaccin à injection unique de Johnson & Johnson (qui devait avoir changé la donne en ce qui concerne la vitesse du programme national de vaccination) ne doit être administré qu’aux plus de 50 ans.

Mais ce n’est pas une règle absolue. L’autorité sanitaire a souligné que toute personne de moins de 50 ans souhaitant se faire vacciner peut exprimer ce désir par écrit et la recevra.

La manière dont les moins de 50 ans pourront exprimer leur désir de recevoir le vaccin à injection unique n’a pas été expliquée.

Le problème plus général est que les objectifs de vaccination du Portugal pour les moins de 50 ans (qui, selon le programme, devaient être entièrement vaccinés en août) seront désormais reportés au moins jusqu’en septembre, en raison de la nouvelle politique concernant le vaccin Johnson & Johnson.

C’est juste une autre «  ride  » dans le système qui compte désormais environ 2,3 millions de doses de ce vaccin et 4,6 millions de doses d’AstraZeneca qui peuvent être «  gaspillées  », en raison du changement de politique sur les personnes qui devraient les recevoir.

En attendant, les personnes qui ont reçu leur premier coup du jab AstraZeneca et qui ont moins de 60 ans se retrouvent avec une grande question: que faire concernant le deuxième coup, prévu en mai, maintenant que le vaccin n’est pas utilisé chez les moins de 60 ans?

La réponse du DGS est qu’ils peuvent «lire la notice explicative du vaccin» et prendre une décision «éclairée, libre et clarifiée» pour prendre la deuxième dose.

Soit cela, soit ils devront «attendre que de nouvelles données soient connues concernant l’utilisation d’un vaccin d’une autre marque pour compléter le calendrier vaccinal».

Pour ajouter à la «confusion», les autorités sanitaires danoises ont conclu que les avantages de l’utilisation du vaccin Johnson & Johnson «ne sont pas supérieurs aux risques de provoquer d’éventuels effets indésirables» et l’ont donc entièrement retiré du programme de vaccination de leur pays.

[email protected]