Le projet «Floresta Serra do Açor» a été présenté aujourd'hui, à Arganil, avec la signature d'un protocole entre la Mairie, le groupe Jerónimo Martins et l'Escola Superior Agrária de Coimbra (ESAC), qui garantit un soutien technique et scientifique.

L'initiative prévoit le reboisement de 2 500 hectares du territoire, principalement sur des terrains vacants, à Serra do Açor.

L'intention est d'investir dans la plantation d'espèces indigènes qui ont disparu de la municipalité, comme le châtaignier, le chêne, l'arbousier ou le chêne-liège, a déclaré le maire d'Arganil, Luís Paulo Costa, à la fin de la session.

Dans une municipalité qui a vu 88% de sa tache de forêt brûler en 2017, l'ensemble du territoire couvert par le projet a également été touché par cet incendie majeur, précédemment occupé, principalement par du pin, a-t-il expliqué.

La zone à intervenir, qui couvre des zones telles que Cepos, Teixeira, Nogueira ou Vinhó, appartient au «principal couloir coupe-feu de la municipalité» et, par conséquent, l'intention est de créer une sorte de barrière coupe-feu, a précisé Luís Paulo Costa.

Pour l'application du projet, une association privée à but non lucratif a été créée, composée des dix associations d'actions concernées, avec un conseil stratégique, où siègent Jerónimo Martins, Câmara Municipal et ESAC.

Sur les cinq millions d'euros investis par le groupe, 75% seront activés dans les premières années et les différents partenaires travaillent pour pouvoir profiter de "la prochaine saison de plantation", qui débute normalement en novembre.

Les plantations devraient être concentrées au cours des cinq premières années du projet, a précisé le maire.

Environ 85% des peuplements seront mixtes – pin maritime et pin indigène (châtaignier, arbousier, chênes et chênes-lièges), considérant que le pin maritime peut être «important dans les premières années de vie» des feuillus, et après 10 ou 15 ans, ce sera coupé, avec l'objectif final d'une zone uniquement occupée par les peuples autochtones, a déclaré Luís Paulo Costa.

Selon le maire d'Arganil, le projet espère être autosuffisant et souhaite générer des activités indirectes.

À long terme, il est également envisagé d'explorer la production de châtaignes et d'arbousiers.

«Il y a aussi un énorme enjeu dans la composante paysage. Ce projet changera le paysage de notre municipalité et cela aura un effet sur le tourisme », a-t-il souligné.

Pour Luís Paulo Costa, ce projet servira d'exemple, montrant une forêt résiliente aux incendies, durable et capable de concilier production et conservation, tout en contribuant à fixer les habitants du territoire.

Selon le président de Jerónimo Martins, Pedro Soares dos Santos, le groupe finance le projet sans contrepartie, uniquement pour contribuer au «développement de l'intérieur, à la protection du territoire contre les incendies et à la séquestration du carbone, dans un contexte d'urgence climat mondial ».

«C'est un projet à long terme, qui prendra de nombreuses années. C'est un projet dans lequel nous pensons que, s'il est bien fait et bien étudié, il pourrait s'agir d'un changement de paradigme dans la façon de regarder la forêt et de prévenir d'autres catastrophes », a-t-il souligné, dans des déclarations aux journalistes.

Pour Pedro Soares dos Santos, «il y a encore beaucoup à investir dans la forêt», en espérant que ce sera un exemple qui pourra être reproduit par d'autres.

JGA // SSS

Le contenu Jerónimo Martins finance un projet de reboisement à Arganil pour cinq millions d'euros, apparaît d'abord à Visão.