Judite Carqueja, propriétaire et gestionnaire de 29 unités d’hébergement local (AL) dans le segment de luxe sur l’Avenida da Boavista, l’un des principaux quartiers de Porto, a déclaré à l’agence Lusa que les prochains mois de juillet et août ont des réservations d’environ 90 % .

« Nous sommes déjà à près de 90 % d’occupation en juillet et août. Le marché des AL se redresse fortement, avec des niveaux identiques à ceux de 2019 et avec des prix au même niveau ou, dans certains appartements de luxe, avec des prix supérieurs à ceux de 2019 », a-t-il dit, expliquant qu’il a des AL avec des particularités, tels que ‘jacuzzi’ sur le balcon et le jardin privé, qui sont précisément ceux qui sont les plus recherchés par les touristes.

Ricardo Guerreiro, de Nomad City Flats, avec 35 appartements en hébergement local au centre-ville de Porto, avec des typologies de T0 à T3, confirme également que cette année, les réservations ont commencé à avoir « une excellente performance » depuis mars et estime que les perspectives sont identiques pour les mois d’été, qui commencent aujourd’hui et durent jusqu’au 23 septembre.

« Tous les mois ont été très forts, avec des taux d’occupation supérieurs à 80% et la prévision est qu’en été, ce sera également autour de 80% à 90% d’occupation », explique le responsable.

Les prix pratiqués par Nomad City Flats sont également plus élevés par rapport à 2019.

« Les prix sont plus élevés qu’en 2019. L’effet de la pandémie et de la guerre a entraîné une plus grande demande », explique-t-il, notant que dans certaines typologies, et selon la période de l’année, il y a des augmentations de 30% à 40% par rapport à 2019.

Nuno Ferreira, voyagiste chez WinWin, qui gère une cinquantaine d’appartements au cœur de la ville de Porto, notamment dans les quartiers de Coliseu, Ribeira, São Bento, Poveiros et Sá da Bandeira, affirme que l’entreprise AL a ressuscité en 2022, après la crise du secteur due à la pandémie de covid-19 et que le « retour au tourisme est en vigueur ».

Les taux d’occupation sont proches de 80 %, mais on s’attend à ce que « plusieurs réservations » arrivent pour juillet et août et peut-être à ce moment-là, il se situera entre 80 % et 90 % en général, car le week-end, c’est 100 % le attente.

Concernant les prix, ils sont les mêmes que ceux pratiqués en 2019 ou dans certains appartements ils sont supérieurs aux valeurs demandées avant la pandémie, entre 10% et 20%.

« Cela a à voir avec l’inflation, avec la demande », explique Nuno Ferreira.

Les données de la Chambre de Porto communiquées aujourd’hui à l’agence Lusa, entre janvier et mai de cette année, 648 AL ont été enregistrées, ce qui se traduit par un total de 8 750 logements locaux dans la ville, 2 117 de plus par rapport à l’année complète de 2019.

Le mois le plus fort de demandes d’inscriptions à Los Angeles cette année a été le mois de mai, avec 230. En deuxième place, le mois d’avril avec 153 demandes d’inscriptions et en troisième place, le mois de février avec 98. Le mois de mars a enregistré 89 nouvelles demandes. des requêtes AL et janvier 78.

En 2020, la Chambre de Porto représentait un total de 7 231 AL et en 2021, le nombre global enregistré était de 8 102.

En ce qui concerne les demandes d’annulation et de résiliation d’AL, la Chambre de Porto révèle qu’elle a reçu 195 demandes d’annulation et 485 résiliations en 2020, ce qui donne un total de 680 AL qui ne sont plus dans le secteur touristique.

En 2021, le nombre d’annulations s’élevait à 790 et le nombre de résiliations d’AL à 344, soit un total de 1 134 AL qui ont quitté le secteur.

La semaine dernière, dans une interview avec Lusa concernant la reprise actuelle de l’AL à Porto, le directeur et coordinateur du nord de l’Association locale d’hébergement au Portugal, Nuno Trigo, a déclaré que malgré l’occupation « est encore un peu en dessous de 2019 » – entre le « 5% à 10% » -, la vérité est que cette occupation est déjà assez proche de 2019 dans « certains segments et à certaines périodes de l’année ».

« Nous sommes convaincus que l’AL de Porto sera et est le moteur de la reprise du tourisme. Même avant la pandémie, la plupart des nuitées touristiques dans la ville, plus de 60%, étaient effectuées en AL. Sans AL, il n’y a pas de capacité pour une reprise immédiate du tourisme ou même de l’économie de la ville », a ajouté Nuno Trigo.

CCM//LIL