Dans un communiqué, la municipalité précise que la décision de ce tribunal est « d’une extrême importance pour la préservation et la défense de la propriété créative et intellectuelle des artisans liés au territoire de Barcelos ».

« Cet enregistrement donne à la Chambre de Barcelos, en tant que titulaire, le droit d’empêcher des tiers d’utiliser tout signe identique ou similaire dans des produits ou services identiques à la marque désormais enregistrée, susceptible de prêter à confusion chez le consommateur », ajoute-t-il.

C’est la figure d’un « coq noir, avec un bec jaune et une crête rouge, avec le corps peint d’éléments floraux de différentes couleurs vives, avec une prédominance de rouge, avec le teint et les aspects décoratifs typiques des pièces en céramique de l’artisanat barcelonais ”.

« Celui qui est l’un des symboles les plus grands et les plus significatifs du pays et du Portugal est désormais protégé », souligne le communiqué.

En juillet 2020, la Chambre avait déposé auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) une demande d’enregistrement national de la marque « Galo de Barcelos », à inclure dans « les statues, statuettes, plaques et objets d’art, en matériaux tels que la porcelaine, la terre cuite ou le verre ».

En novembre, le directeur du département Marques, dessins et modèles de l’INPI a refusé la demande de la municipalité, affirmant qu’il s’agissait « d’éléments verbaux et figuratifs extrêmement courants dans le commerce pour identifier les produits les plus variés ».

Il a également affirmé que la marque correspondait « au design du coq typique de Barcelos, symbole bien connu de la culture populaire portugaise », pour lequel il considérait qu’elle n’avait aucune singularité distinctive.

La municipalité a fait appel et le Tribunal de la propriété intellectuelle a donné son accord en lui attribuant la marque.

Dans le communiqué, la municipalité souligne que la défense de l’origine intellectuelle, créative et commerciale du « Galo de Barcelos » est depuis longtemps une préoccupation.

Il dit que le processus de défense de la poterie et de la figure de Barcelos, « ombilicale associée » au Galo de Barcelos, a commencé en 2005, avec l’enregistrement de la propriété de l’appellation d’origine/indication géographique de ces deux éléments.

En 2008, la commune a également obtenu la certification des productions de poterie et figurative.

La broderie au tamis de São Miguel da Carreira a suivi le même processus, avec l’enregistrement de la propriété de l’appellation d’origine/indication géographique et de la production certifiée, tous deux en 2019.

Plus récemment, en février de cette année, la poterie et la figurine de Barcelos ont également commencé à utiliser l’enregistrement de marque de l’Union européenne, une certification obtenue grâce à une demande auprès de l’Institut de la propriété intellectuelle de l’Union européenne.

« La municipalité a sollicité ces marques dans le but de continuer à affirmer au niveau national et international la valeur de l’artisanat de Barcelos, en renforçant la protection de ses marques, en rentabilisant la propriété intellectuelle des artisans et du territoire et en protégeant les investissements réalisés, pour en même temps qu’il crée un nouvel outil d’internationalisation », conclut le communiqué.

VCP // MSP

Le contenu « Galo de Barcelos » est déjà une marque déposée appartenant à la municipalité et apparaît d’abord dans Visão.