La Cinémathèque a progressivement rouvert l'activité au public depuis le 1er juin, mais les séances de cinéma ne reprendront que le 1er juillet, réparties entre la terrasse et l'une des salles, avec une capacité limitée, en raison de mesures de sécurité.

Pour la réouverture, la Cinémathèque a choisi «un film mélancolique et magnifique» de Peter Bogdanovich, de 1971, «l'une des évocations les plus émouvantes de l'expérience formatrice du cinéma au XXe siècle», comme l'a déclaré la direction du Musée du Cinéma, dans le programme de juillet. .

En mai, lorsqu'il a dévoilé le plan de réouverture toujours sans ce programme, le directeur de la Cinémathèque, José Manuel Costa, a déclaré à l'agence Lusa qu '«il n'y a pas d'expérience complète du cinéma sans l'expérience de la chambre noire, de la vision collective, c'est ainsi que le le cinéma est né et s'identifie à l'idée de l'art cinématographique ».

La cinématographie devant encore reprendre à divers moments, non seulement au Portugal mais dans d'autres pays touchés par la pandémie, le directeur de Cinemateca parle d'un «processus progressif» dans la relation entre ceux qui présentent le cinéma et ceux qui le voient.

«Nous aimerions que ce soit plus festif, une fête de retrouvailles. Les circonstances limiteront quelque peu cela. Ce sera un processus progressif. C'est partie par partie », a-t-il déclaré.

Le programme de juillet se partage entre des films «traversés par l'idée même de retour ou de retrouvailles» et d'autres évocateurs de figures diverses du cinéma américain et européen, «englobant l'ère classique et post-classique», de Montgomery Clift à Walter Matthau et Michel Piccoli, l'acteur français décédé en mai.

Jusqu'à la fin du mois, par exemple, «Red River» de Howard Hawks (1948), «Les bourreaux meurent également» de Fritz Lang (1943), «Spartacus» de Stanley Kubrick (1960), « Quand la rivière fait rage »(1960), d'Elia Kazan, et« Jusqu'à l'éternité »(1953), de Fred Zinnemann.

Le centenaire de la naissance d'Amália Rodrigues est évoqué à la Cinémathèque avec deux films à projeter le 23: le documentaire «A arte de Amália» (1999), de Bruno de Almeida, et «Fado – História de uma cantadeira» (1947), marqué par Perdigão Queiroga.

Le programme de juillet de la Cinémathèque se termine avec «E a vida continua» d'Abbas Kiarostami (1992).

Il y aura également une programmation à la Cinemateca Júnior, également à Lisbonne, reprenant les séances du 4 juillet avec «O circco», film classique de Charlie Chaplin, de 1928.

Cinemateca recommande de réserver les billets à l'avance par e-mail ou par téléphone, jusqu'à 48 heures avant chaque session.

La capacité de la salle M. Félix Ribeiro est limitée à 110 places, la terrasse à 60 places et la salle Cinemateca Júnior à 63 personnes.

SS // MAG

Le contenu évocateur des Films, sur les retours et les retrouvailles dans la réouverture de la Cinémathèque, apparaît d'abord dans Visão.