Dans une édition qui mettra en vedette l’actrice Leonor Silveira parmi les juges du concours international, Salomé Lamas présentera « Hotel Royal » dans le concours Curtas de Autor de la section Pardo di Domani, tandis que Joaquim Pinto et Nuno Leonel débutent la trilogie « Pathos Ethos Logos” hors compétition.

Samuel Barbosa présente, dans la section História(s) do Cinema, son documentaire « Távola de Rocha », sur le réalisateur Paulo Rocha, étant le seul film de cette section de Locarno éligible pour le premier prix du travail.

Sur le site Internet de la cinéaste Salomé Lamas, qui fait sa première à Locarno, le synopsis de « Hotel Royal » fait référence à une femme de chambre qui, « incapable de communiquer, vit sous une méthodologie rigide d’analyse de l’extérieur et d’un quotidien ritualisé ».

« L’hôtel Royal est une mosaïque fragmentée et incomplète de sociétés contemporaines. Il pourrait être qualifié de film sur les horreurs de l’âme, sur les « voyeurs » ou simplement sur les personnes inadaptées », ajoute le texte sur le film qui sera projeté les 6, 7 et 8 août, avec une séance de questions et des réponses avec le directeur le premier jour.

La trilogie « Pathos Ethos Logos », de Joaquim Pinto et Nuno Leonel, d’une durée totale de 641 minutes, se déroule en trois temps différents (2017, 2028 et 2037) : « Trois femmes de générations et d’origines différentes, dont les chemins se croisent, en ses tentatives d’exister pleinement. Des fragments d’histoires qui ramènent des expériences et des événements de la vie réelle au cœur de chaque personnage », indique le dossier de presse du film.

Le même document comprend une déclaration du réalisateur et acteur Luís Miguel Cintra à propos du film : « Cela fait longtemps que je ne me suis pas senti si petit devant une œuvre d’art. Du coup, Joaquim et Nuno, de qui j’attends évidemment tout, beaucoup pour des raisons émotionnelles, avec la joie insouciante que seuls les survivants peuvent avoir, me jettent d’un coup, ce qui change tout : c’est 10 heures de cinéma dans lesquelles je navigue comme dans mon âme, mais ils me laissent banni : qu’est-ce que c’est ? ».

« Távola de Rocha », de Samuel Barbosa, avec une musique de Vítor Rua, implique le spectateur « dans la vie et l’œuvre de Paulo Rocha, fondateur du cinéma portugais novo et réalisateur d’avant-garde », selon la description de l’Instituto do Cinema site Internet et Audiovisuel (ICA).

« Le film prend un caractère de recherche individuel et reflète une coexistence intensive sur dix ans. A partir de cette époque, les réminiscences de films, de lieux d’affection, d’amis et de famille abondent », ajoute le même texte.

La présence portugaise à Locarno, festival qui a fait la part belle au cinéma national et où Pedro Costa a remporté le premier prix en 2019 avec « Vitalina Varela », est complétée par la présence de Leonor Silveira dans le jury de la compétition internationale, aux côtés du Nord L’Américaine Eliza Hittman, l’artiste et cinéaste américain Kevin Jerome Everson, l’actrice italienne Isabella Ferrari et le réalisateur ivoirien Philippe Lacôte.

Du Brésil, « A Máquina Infernal », de Francis Vogner dos Reis, et « Fantasma Neon », de Leonardo Martinelli, tous deux dans la compétition internationale de la section Pardo di Domani, arrivent à Locarno.

Dans le message d’introduction, la directrice artistique du festival, Giona Nazzaro, a écrit qu’ils cherchaient « à défaire une idée fausse mais populaire : qu’il n’y aurait pas assez de titres pour construire une édition forte, motivée, généreuse et compétitive ».

« Au contraire, on a rarement autant regretté les titres qu’on a dû mettre de côté », a ajouté le responsable.

TDI // MSF