Dans les années 1950, il y avait plus de 20 000 spécimens, mais la mécanisation de l'agriculture, l'introduction de races exotiques et l'abandon progressif des champs ont réduit leur nombre et la vache de l'Algarve était même considérée comme éteinte.

C'est à Boca do Rio, à Budens, dans la municipalité de Vila do Bispo, que l'agence Lusa trouve huit des 11 spécimens officiellement classés comme étant de race Algarve.

Parmi les cinq femelles, il y a déjà une progéniture, et une autre sur le point de naître, dans laquelle se place l'espoir de pouvoir restaurer une lignée pure. En plus de ceux-ci, il y a également un couple à Quinta Pedagógica de Silves et un taureau sur la propriété de l'éleveur à Tavira.

En 2005, dans le cadre d'un effort conjoint de l'Association des éleveurs de bovins de l'Algarve (ASCAL), de la Direction régionale de l'agriculture et de la pêche (DRAP) de l'Algarve et de la Direction générale vétérinaire, une étude a été réalisée qui a permis la récupération de 19 animaux.

Il y avait 16 femelles et trois mâles qui avaient encore les caractéristiques de faire partie d'un noyau initial pour la récupération de la race, révèle Carla Santos, de l'ASCAL.

Le technicien responsable de la vache Algarve dit qu'il y a actuellement «du sperme de quatre mâles reproducteurs» au Banco Português de Germoplasma Animal, à l'Institut national de la recherche agricole et vétérinaire (INIAV), à Santarém, qui servira de base au rétablissement de la race.

Avec un si petit nombre d'animaux, il est «difficile d'échapper à la consanguinité», prévient-il, d'où l'importance des embryons et du sperme qui sont préservés à l'INIAV, puisqu'ils permettront de gérer la variabilité génétique.

Le processus passe désormais par une phase très technique, avec une nouvelle collecte d'embryons, en 2021, de vaches de cette race, qui seront ensuite placées chez des vaches receveuses.

«150 autres animaux» seront également achetés pour l'insémination artificielle et des «croisements d'absorption» seront réalisés, un procédé qui permet de réduire la consanguinité et d'augmenter la pureté de la race, explique-t-il.

Originaire du même tronc que la vache Alentejo, garvonesa et Mertolenga, l'Algarve se distingue par un fanon – peau suspendue à la partie inférieure du cou -, plus petit que celui de l'Alentejo, une tête, un pelage et des membres plus courts en forme de pyramide, humérus tacheté de blanc, entre autres caractéristiques.

Selon Carla Santos, «ce sont des animaux dociles et précoces» pendant la grossesse.

Depuis 2011, ASCAL est responsable du Livre généalogique de la race Algarve et met actuellement en œuvre un programme en partenariat avec l'INIAV et la Faculté de médecine vétérinaire de Lisbonne pour la conservation du sperme et le transfert d'embryons.

L'objectif est de préparer le plan d'action pour la sauvegarde de la race bovine algarvienne, afin d'assurer la préservation de la race.

António Figueiras est le président de l'ASCAL et propriétaire des neuf animaux qui paissent habituellement sur ses terres à Boca do Rio, mais l'existence de femelles gestantes ou jeunes nécessite maintenant une certaine protection.

Précurseur de ce mouvement de récupération de la race Algarve, l'éleveur salue l'intérêt des autres producteurs de Tavira, Vila do Bispo et Lagos à avancer: «Nous allons lentement, mais en veillant à ce que les choses avancent», dit-il.

L'ouverture des candidatures pour soutenir les producteurs de races indigènes avec une valeur attribuée par animal est «un atout», cependant, il y a une pièce essentielle qui manque toujours, dit-il.

Depuis 2007, l'Algarve n'a pas d'abattoir, obligeant les producteurs à faire deux voyages à Beja, dans l'Alentejo, afin de vendre la viande de leurs animaux.

«C'est 600 kilomètres, ce qui est très compliqué. Ça ne marche pas comme ça », se lamente António Figueiras.

Un projet DRAP / Algarve peut changer ce scénario avec l'acquisition d'un abattoir mobile, permettant à «celle-ci et d'autres races de l'Algarve» d'avoir leur viande «certifiée», ce qui ajouterait de la valeur aux producteurs et un plus grand intérêt pour leur récupération et création.

«Il y a des vaches semblables à la vache de l'Algarve qui ont également leur viande certifiée, vendent bien la viande et ont beaucoup de rendement. C'est quelque chose que seul l'avenir dira », souligne-t-il.

DRAP a joué un rôle essentiel dans ce processus et João Cassinello est l'un des techniciens qui reste actif dans la défense et la valorisation des races de l'Algarve, qui, dans le cas de la vache, devront passer par la «valorisation de sa viande», ajoute-t-il.

«Comme l'Algarve est une région touristique, il est logique de valoriser les races indigènes. Comme ce qui se passe dans d'autres régions du pays, ce sera une opportunité pour notre tourisme gastronomique », se défend-il.

Ces animaux «travaillaient» essentiellement dans des exploitations familiales, qui utilisaient également la viande, le lait et les matières organiques qu'ils «laissaient à la ferme».

Avec l'entrée au Portugal de races plus spécialisées dans la production de viande et de lait et la mécanisation de l'agriculture, les races «plus rustiques» ont été remplacées, étant réduites au nombre actuel de troupeaux.

Pour le spécialiste, ce sera la «dernière opportunité de maintenir cette race», avec un défi et un engagement envers les producteurs et les services officiels à travers le plan d'action pour la sauvegarde de la race bovine de l'Algarve.

PYD // MAD

Le contenu En danger d'extinction, la vache de l'Algarve est «sauvée» par le projet de récupération apparaît en premier à Visão.