Le président du conseil d’administration du Centro Cultural de Belém (CCB), à Lisbonne, Elísio Summavielle, reconduit pour un troisième mandat, a déclaré aujourd’hui qu’il acceptait « une solution de continuité » pour diriger l’institution.

Contacté par l’agence Lusa, le responsable a rappelé que le mandat avait pris fin en mars, mais a décidé d’accepter l’invitation que lui adressait le ministre de la Culture, Pedro Adão e Silva, pour continuer dans l’institution qu’il dirige depuis 2016.

« Ce n’était pas dans mes projets, mais l’estime et l’admiration que j’ai pour le ministre de la Culture m’ont fait réfléchir et accepter l’invitation », a-t-il expliqué.

La nouvelle de la reconduction a été annoncée par Rádio Renascença, indiquant que le nouveau mandat commence mardi prochain, et confirmée par Lusa auprès du ministère de la Culture.

Interrogé par Lusa sur les projets en cours au CCB – à savoir la construction d’un hôtel prévu dans le projet initial – Summavielle a répondu qu’« ils vont continuer ».

« C’est une solution de continuité et nous verrons si les conditions sont créées pour que nous puissions avancer avec le processus des modules 4 et 5, même si nous sommes dans une période de confinement de l’économie et de l’investissement. Mais nous allons continuer ce que nous faisons dans cette maison depuis six ans », a-t-il ajouté.

Selon la même source du cabinet du ministère de la Culture, la directrice du développement et de la communication du centre, Madalena Reis, prendra la place au conseil d’administration du CCB laissée vacante par Isabel Cordeiro, la nouvelle secrétaire d’État à la Culture, tandis que Delfim Sardo resté dans le même organe.

« L’entrée de Madalena Reis au conseil d’administration est une solution interne qui favorise une plus grande cohésion au sein du conseil et de la maison. C’est une personne très qualifiée et il jouera certainement bien dans cette équipe », a déclaré l’ancien secrétaire d’État à la Culture à Lusa.

Elísio Summavielle, qui avait annoncé l’année dernière qu’il n’avait pas l’intention de continuer à diriger la présidence du CCB, car il souhaitait se consacrer à des projets personnels, a indiqué, en septembre de la même année, que le début de la construction des deux nouveaux les modules seraient reportés à fin 2023, en raison de l’impact de la pandémie de covid-19.

Dans le même temps – lors de la présentation de la saison 2021/2022 du CCB – Summavielle a indiqué que la situation du Museu Coleção Berardo restait inchangée, dont le président du CCB est le fiduciaire depuis 2019, par décision de justice, impliquant les 862 œuvres . d’art objet de la convention entre l’Etat et le collectionneur José Berardo, suite à une démarche qui lui a été confiée par trois établissements bancaires.

C’est en 2016, sous la tutelle du ministre João Soares, que Summavielle a été nommée en remplacement d’António Lamas, alors disculpé, suite à un désaccord sur le projet de gestion intégrée de l’axe dit « Belém-Ajuda », dont la structure de mission s’est avérée être éteint cette année-là, en Conseil des ministres.

L’historien Elísio Summavielle était secrétaire d’État à la Culture dans le gouvernement de José Sócrates, lorsque Gabriela Canavilhas était ministre de la Culture, et directrice générale du Patrimoine culturel dans l’exécutif de Pedro Passos Coelho, alors que, à l’époque, le secrétaire d’État à la La culture était Francisco José Viegas.

Militant du Parti socialiste, Elísio Summavielle, 65 ans, s’est présenté en 2013 à la mairie de Mafra, qu’il a perdue, malgré le fait que le parti ait enregistré une hausse des voix.

Elísio Costa Santos Summavielle est né à Lisbonne le 31 août 1956 et est titulaire d’un diplôme en histoire de la Faculté des lettres de l’Université de Lisbonne, avec une spécialisation en histoire de l’art.

Après avoir passé trois ans dans l’enseignement secondaire, toute sa carrière professionnelle s’est déroulée dans le domaine du patrimoine.

AG (NL) // TDI