Des représentants de l’Union des travailleurs du spectacle, de l’audiovisuel et des musiciens (Cena-STE), du public – Association des professionnels des arts du spectacle et du Réseau – Association des structures pour la danse contemporaine, ont été entendus aujourd’hui en commission parlementaire de la culture, en séquence de demandes présentées par PCP et BE sur les résultats du Programme d’Appui aux Projets – Création et Edition 2020 et le modèle de soutien aux arts, de la Direction générale des Arts (DGArtes).

En 2020, DGArtes a soutenu 110 candidatures, sur un total de 506 analysées, dans le cadre du Programme d’Appui aux Projets, dans les domaines de la Création et de l’Édition, pour une valeur totale d’environ 2,4 millions d’euros. Cependant, les candidatures soutenues représentent moins du tiers des 388 candidatures jugées éligibles par le jury.

Pour Sara Barros Leitão, de Plateia, le nombre réduit de structures soutenues, compte tenu du nombre élevé de candidatures, s’explique par «le fait que les financements sont très faibles par rapport au nombre de projets mis en adjudication».

Le financement est faible, « d’abord parce qu’il ne suit pas la croissance du tissu culturel du pays ». «De plus, dans un moment particulier de pandémie, dans une situation d’urgence comme celle-ci, lorsque la plupart des travailleurs ont vu des emplois annulés et sans aucune idée pour l’avenir, ils se sont joints à des groupes créant des projets pour pouvoir les développer au plus vite, à savoir à partir de novembre. Il est normal que nous ayons autant de candidatures », a-t-il déclaré.

Cena-STE met en garde contre «l’enjeu fondamental, qui est le financement de ces appels d’offres, [e que] reste un problème ».

«Tant qu’il n’y a pas de financement sérieux du ministère de la Culture, ce modèle [de apoio às artes] ou un autre sera toujours insuffisant », a déclaré le dirigeant syndical Rui Galveias.

De plus, pour le syndicat, «laisser de côté les structures éligibles [para apoio] il ne peut pas continuer ».

«Nous devons encore prendre les bonnes mesures, qui est une augmentation du budget de l’État (OE) pour la culture, qui se reflète ensuite dans les concours, pour qu’ils soient en fait des moyens de faire fonctionner les structures et le service public de la culture en Portugal, et non plus un partage des miettes et une compétition entre pairs, ce qui n’est ni correct ni juste dans la culture », a déclaré Rui Galveias.

Le Réseau a également attiré l’attention sur « le problème de sous-budgétisation qui existe » dans les appels d’offres de la DGArtes.

«La question de la sous-budgétisation est également due au fait qu’il y a un appel à l’attention sur la nécessité d’une augmentation exponentielle de l’OE pour la culture, en particulier le soutien aux arts, en tenant compte du fait que cela commence à partir d’une très petite base de soutien», a déclaré Catarina Saluer.

La responsable du réseau admet qu’il y a eu une augmentation des fonds, mais elle le classe comme «ridicule, quand on pense que la base est ridicule par rapport à ce que le secteur, qui a été qualifié, a montré une grande % est pris en charge, alors qu’il devrait y avoir 60% des candidatures présentées ».

Le Réseau a également attiré l’attention sur le «pas d’audience des parties intéressées, dans ce concours [de Programa de Apoio a Projetos nas áreas de Criação e Edição] et un autre précédent [nas áreas de Programação e Desenvolvimento de Públicos]».

«Ce sont des mécanismes de démocratie qui sont remis en question. Il est extrêmement important d’attirer l’attention [para] ces détails, dont on ne parle pas, parce que nous parlons de grandes autres choses », a déclaré Catarina Saraiva.

Sur le même sujet, l’audience a rappelé que « jamais dans un avis d’ouverture il n’a été dit qu’il n’y aurait pas d’audition des parties intéressées ».

«Ceci pour nous est une attaque contre tout support d’appel d’offres. Et nous pensons que cela crée ici un précédent très dangereux pour le bon fonctionnement des marchés publics », a déclaré Sara Barros Leitão.

Cena-STE soutient qu ‘«il faut marcher – bien sûr, s’assurer que les structures sont soutenues sérieusement et de manière responsable et que l’utilisation des deniers publics est faite correctement – dans le sens d’avoir un modèle non compétitif, dans le sens d’avoir un service public culturel, avec plus d’orchestres, avec plus de théâtres nationaux, avec une autre dimension de notre culture au Portugal ».

La répartition territoriale des fonds dans le concours de création et d’édition a également été abordée lors des auditions parlementaires d’aujourd’hui.

Concernant les 110 candidatures éligibles et soutenues cette année, la grande majorité correspond à des entités de la métropole de Lisbonne (79), suivies par le Nord (23), le Centre (quatre), l’Algarve (trois) et l’Alentejo ( un).

Bien que «rien n’oblige à répartir les fonds sur les territoires», Plateia considère «qu’il est très important que la DGArtes et le ministère de la Culture cartographient le tissu culturel du secteur, et c’est très facile de le faire car tout est informatisé ».

Avec cette cartographie «comprendre combien de structures au cours des dix dernières années ont postulé et quel argent elles demandent dans chaque région», et ainsi «commencer à allouer des fonds en fonction des régions». «Parce que nous ne pouvons accepter que 70% de la valeur publique investie dans les projets se trouve dans la zone métropolitaine de Lisbonne», a-t-il défendu.

Pour Sara Barros Leitão, «ces résultats sont un symptôme de ce qui est vécu dans le pays». « Et, par conséquent, il est nécessaire de penser au pays et aux politiques culturelles en général, afin de garantir que les agents culturels soient en mesure d’établir et de développer leur travail dans des domaines autres que simplement Lisbonne », a-t-il déclaré.

Concernant les asymétries, le Réseau a attiré l’attention «sur le décret-loi du réseau des salles de cinéma [atualmente em discussão pública]». « Pour lutter contre les asymétries, nous ne pensons pas qu’il y ait un dialogue entre le gouvernement central et les gouvernements locaux », a déclaré Catarina Saraiva.

En ce qui concerne le nouveau modèle de soutien aux arts, également en discussion publique, la Cena-STE est préoccupée «qu’il n’y ait aucune référence à la question de l’embauche et des contrats de travail par voie de concours».

«En d’autres termes, la garantie que l’accès aux fonds publics passe par des contrats de travail passés par ces structures. Ensuite, nous avons un coup de pied du côté du statut, lorsque le statut [do profissional da Cultura] c’est encore loin d’être optimal, c’est à un stade où l’on comprend que ce ne sera pas le statut qui garantira qu’il y ait des contrats de travail dans les structures soutenues par le Gouvernement et le Ministère de la Culture en général, pas seulement dans le modèle d’accompagnement les arts, mais aussi plus tard dans d’autres fondations et autres », a-t-il déclaré.

De la part des députés, le public a reçu «beaucoup d’inquiétude».

«Les situations sont connues de tous et sont très faciles à résoudre», a défendu Sara Barros Leitão, soulignant que, «sans changer le financement et sans faire un saut expressif dans ce financement, il n’y a pas de modèles parfaits pour corriger un sous-financement».

Selon le directeur de l’audience, «les députés étaient d’accord sur la nécessité de faire ce pas en avant».

Cena-STE a reçu «la consonance des partis à gauche du PS [BE e PCP]».

«Du côté du PS, ils essaient de défendre les positions du gouvernement, mais avec la conscience que cela est insuffisant», a déclaré Rui Galveias, partageant que «cela afflige» le syndicat «qu’il y a un discours d’inquiétude du PSD, alors que la situation actuelle est le choix du Le gouvernement en général, ce ne sont pas seulement les gouvernements du PS ».

Selon Catarina Saraiva, de Rede, la députée PS Sara Velez « a attiré l’attention sur le fait que le ministère de la Culture a créé des mécanismes de soutien pendant la pandémie et qu’il existe également des soutiens de sécurité sociale » pour les professionnels de la culture.

« J’ai répondu que je ne savais pas, car, oui, un mécanisme de soutien a été créé pendant la pandémie, qui était essentiellement un concours pour soutenir la création, et la plupart des professionnels de la culture n’ont pas la possibilité d’accéder à la Sécurité sociale », a-t-il déclaré. .

Les auditions des trois structures n’ont pu être suivies en direct sur le site Internet de Canal Parlamento, en raison d’un problème de transmission, Lusa contactant les intervenants à la fin.

JRS // MAG

DGArtes: Les structures alertent le Parlement sur le sous-financement des appels d’offres apparaît en premier à Visão.