Le Public, dans un communiqué rendu public ce week-end, commence par critiquer le retard dans la divulgation des résultats du concours de la direction générale des arts (DGArtes), dont les projets, "selon la réglementation, pourraient commencer à être mis en œuvre à partir de 01 Novembre 2020, c'est-à-dire il y a un mois ».

«La justification du retard était le grand nombre de projets candidats, par rapport à l'année précédente. Cependant, ni le retard ni le renforcement financier n'ont réussi à empêcher un taux d'octroi de financement très faible – seuls 20% environ des projets candidats ont été financés, c'est-à-dire que sur les 506 candidatures analysées, 110 seulement ont été soutenues », rappelle-t-il.

Pour l'association, «cette proportion s'avère frappante quand on se rend compte qu'il y a des centaines de candidatures éligibles, et au moins six douzaines de candidatures qui ont un score supérieur à 80%, c'est-à-dire qu'elles sont excellentes, mais n'ont pas été cofinancées».

Selon le projet de décision du programme d'appui aux projets, dans le domaine de la création et de l'édition, 388 des 506 candidatures reçues ont été considérées comme éligibles. Cependant, 110 seulement recevront un financement.

Ce concours, dont les candidatures se sont déroulées entre le 29 mai et le 2 juillet, disposait d'une dotation initiale de 1,7 million d'euros, et d'un renforcement financier de 720 milliers d'euros, annoncé fin octobre par la ministre de la Culture, Graça Fonseca .

Selon la DGArtes, ce renforcement «a permis de financer 33 projets supplémentaires».

Pour Plateia, la proportion de projets financés par rapport au nombre de projets jugés éligibles, «signifie que le budget de cette mesure, même après renforcement, ne suit pas la croissance du tissu artistique ni ne peut répondre à l'excellente qualité des projets présentés, si nécessaire pour promouvoir la participation et le plaisir artistique à travers le pays ».

En outre, cette association juge «préoccupant le fait que plus de 70% des candidatures soutenues appartiennent à la zone métropolitaine de Lisbonne, ce qui est une forte alerte à la concentration des investissements dans la culture et au manque de conditions structurelles qui empêchent les projets de s'installer ailleurs dans le pays.

Sur les 110 candidatures éligibles et soutenues, la grande majorité correspond à des entités de la zone métropolitaine de Lisbonne (79), suivies du Nord (23), du Centre (quatre), de l'Algarve (trois) et de l'Alentejo (un).

Pour le Public, les résultats de ce concours DGArtes sont «un appel à l'attention sur les mesures de politique culturelle à mettre en œuvre».

«Il est urgent que les évolutions du modèle de soutien durable soient divulguées et que ces appels d'offres s'ouvrent au premier trimestre de l'année prochaine, pour que, en 2022, l'activité des structures puisse se poursuivre sans heurts», défend Plateia, soulignant que «c'est fondamental doter ce soutien d'un renforcement financier significatif, afin de mettre fin au sous-financement des structures, et d'améliorer les conditions d'embauche de milliers de travailleurs ».

En outre, cette association estime «absolument impérative de réglementer et de développer le Réseau national des théâtres et cinémas et de financer son fonctionnement dès l'année prochaine», soulignant que «ce financement doit être ajouté, et ne jamais remplacer le financement d’autres lignes ».

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, samedi après-midi, Plateia a également évoqué la nécessité de «mettre en œuvre, au cours de l'année prochaine, le statut des professionnels du domaine de la culture, actuellement en cours d'élaboration par le gouvernement». , «D'augmenter la dotation financière du prochain Appui aux Projets qui sera ouvert en 2021, afin qu'il puisse répondre aux projets artistiques et aux travailleurs qui en dépendent, garantissant un plus grand nombre de projets soutenus», ainsi que «diversifier les lignes de financement de la création et de la diffusion artistiques ».

La DGArtes a toutefois confirmé que l'appel d'offres pour le Programme d'Appui aux Projets, dans le domaine de la Création et de l'Édition, dispense également l'audience des parties intéressées, à titre exceptionnel, car elle estime qu'il «compromettrait l'octroi du soutien».

Les entités maintiennent cependant «leurs droits de défense garantis, grâce à la consultation publique du processus d'appel d'offres et le droit de se plaindre ou de faire appel de la décision», explique les informations publiées sur le site internet de cet organe du ministère de la Culture.

«Compte tenu du nombre élevé de candidatures et de la date limite fixée dans l'avis d'ouverture pour le début (du développement) des projets artistiques dans le domaine de la création et du montage – le 1er novembre -, l'occurrence de l'étape d'audience des intéressés compromettrait sérieusement la concession de soutien et, par conséquent, la jouissance des projets par le public », écrit DGArtes, sur son site Internet, en allusion à la suspension des paiements pour les aides approuvées, au cours du processus.

La renonciation à la phase d'audition des parties intéressées "s'est déjà produite dans des procédures antérieures de soutien aux arts", notamment dans le cadre du concours dans le domaine de la programmation et du développement du public.

La clarification des DGArtes est intervenue après que certaines structures artistiques aient exprimé leur étrangeté en raison du manque d'audience des parties intéressées, sur leurs pages sur les réseaux sociaux, d'abord dans le cadre du concours de projets de Programmation et Développement de Public, dont les résultats ont été publiés il y a environ deux semaines , ou pour des projets dans les domaines de la création et de l'édition.

JRS (MAG) // MAG

DGArtes: Le contenu du public critique les résultats du concours dans le domaine de la création et de l'édition apparaît en premier dans Visão.