Le nouveau coronavirus a détruit 7,8 millions d'emplois au Brésil au cours du trimestre terminé en mai, a annoncé aujourd'hui l'Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE).

Pour la première fois dans l'histoire du Brésil, le pourcentage de personnes travaillant dans la population économiquement active a atteint 49,5% au cours du trimestre clos en mai, enregistrant une baisse de cinq points de pourcentage par rapport au trimestre terminé en février.

Il s'agit du niveau d'occupation le plus bas enregistré dans le pays d'Amérique du Sud depuis 2012, lorsque l'IBGE a commencé à collecter ces données dans le cadre de l'enquête nationale continue par sondage auprès des ménages (PNAD continue).

«Pour la première fois dans la série d'enquêtes historiques, le niveau d'occupation était inférieur à 50%. Cela signifie que moins de la moitié de la population en âge de travailler travaille. Cela ne s'était jamais produit », a expliqué Adriana Beringuy, analyste de recherche à l'IBGE.

Le taux de chômage au Brésil a augmenté au cours de la même période pour atteindre 12,9%, contre 11,6% enregistré entre décembre et février de l'année dernière.

Selon les données, plus de 368 000 personnes sont à la recherche d'un emploi par rapport au trimestre précédent. Au cours de la même période, 7,8 millions de personnes ont quitté la population active, en baisse de 8,3%.

«Il s'agit d'une réduction sans précédent de la recherche et touche principalement les travailleurs informels (sans contrat de travail). Sur la baisse de 7,8 millions de personnes employées, 5,8 millions étaient informelles », a souligné Adriana Beringuy.

Cela signifie que 12,7 millions de personnes sont au chômage au Brésil, l'un des pays les plus touchés par la pandémie dans le monde.

Le taux de chômage dans le pays sud-américain a également augmenté de 0,6 point de pourcentage au cours du trimestre terminé en mai par rapport à la même période en 2019, où il était de 12,3%.

L'IBGE a indiqué que le nombre d'employés du secteur privé sans contrat de travail formel avait diminué de 20,8%, soit 2,4 millions de moins sur le marché du travail.

Le nombre de travailleurs indépendants a diminué de 8,4%, soit 2,1 millions de personnes. En conséquence, le taux d'informalité est passé de 40,6% à 37,6%, le plus bas depuis 2016, lorsque l'indicateur a commencé à être produit.

«Numériquement, nous avons une baisse de l'informalité, mais ce n'est pas nécessairement un bon signe. Cela signifie que ces personnes perdent leur emploi et n'entrent pas dans un autre emploi. Ils quittent le marché du travail », a conclu le chercheur de l'IBGE.

Le Brésil est le pays lusophone le plus touché par la pandémie et l'un des plus durement touchés au monde, en comptant le deuxième nombre de personnes infectées et mortes (plus de 1,36 million de cas et 58,314 décès), après les États-Unis.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 505 500 morts et infecté plus de 10,32 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe a succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

CYR // VM