Plus de la moitié (54%) des personnes interrogées dans une étude sur le télétravail du baromètre Covó-19 se sont dites satisfaites de la situation, mais seulement 37% se sont dites satisfaites de l'équilibre entre le travail à distance et la vie personnelle.

Selon des chercheurs de l'École nationale de santé publique (ENSP), ces données peuvent être liées à la perception des répondants selon laquelle les exigences de travail sont plus importantes lorsque l'on travaille au télétravail (40%).

En fait, 59% des participants considèrent qu'ils «travaillent plus d'heures que d'habitude» et 42% disent qu'il n'est pas possible de «se déconnecter du travail» pour se reposer.

Cependant, environ 70% des personnes interrogées estiment disposer d'une autonomie et d'une flexibilité complètes pour décider de la date et de l'heure de fin du travail, tandis que 41% déclarent «parfois» fixer un horaire de travail.

«Ces facteurs peuvent contribuer à maintenir la satisfaction au travail», souligne le premier questionnaire sur le «télétravail et la santé au travail» du Barómetro Covid-19, destiné uniquement aux personnes qui étaient ou ont déjà fait du télétravail en raison de la pandémie et qui il visait à «mieux comprendre les conditions de travail de ceux qui travaillent dans le télétravail et ses effets potentiels sur la santé».

L'enquête en ligne, toujours en cours, concerne un échantillon de 1 082 participants, dont 75% de femmes, 64% de 30 à 49 ans, 51% sont mariés ou en union, 48% ont des enfants à charge en 46% sont diplômés, 34% ont une maîtrise et 11% ont un doctorat.

La majorité (68,5%) a déclaré qu'ils avaient déjà été et télétravaillé, selon l'étude, ajoutant que 93% étaient dans cette situation depuis l'état d'urgence de Covid-19 (environ un mois avant le questionnaire).

Lorsqu'on leur a demandé s'ils souhaitaient que le télétravail fasse partie de leur activité professionnelle, 59% ont répondu à temps partiel, 22% ne souhaiteraient que cette option de manière sporadique et 9% ne souhaiteraient même pas que ce soit une option.

Analysant «l'environnement de travail et de santé», l'étude a révélé que seulement 9% utilisent un ordinateur, un moniteur, un clavier et une souris. Dans 33% de ces situations, la hauteur du clavier est différente de la hauteur du coude et le haut du moniteur est, par rapport à l'horizontale, dans 47% des cas au-dessus ou en dessous de la hauteur des yeux.

Près de la moitié (47%) utilisent un ordinateur portable sans moniteur, clavier et souris externe. "Dans cette situation, l'utilisation du panneau d'interface est toujours utilisée dans 44% des cas et pendant de longues périodes, ce qui n'est pas conseillé".

Concernant les positions de travail, elles sont également en dehors des angles de confort par rapport au clavier (42%). Sur le moniteur, 62% travaillent assis avec le haut de l'écran du portable sous la hauteur des yeux, «ce qui peut être un facteur d'inconfort cervical (voire de douleur), qui ne sont pas des postures de travail adéquates.

Quant aux meubles utilisés pour le travail, 62% utilisent un équipement inadapté, à savoir le salon, la cuisine ou d'autres meubles de la maison. Seul le même pourcentage prend des pauses sporadiques et courtes pour se reposer tout au long de la journée.

Les données montrent également que 73% des personnes interrogées estiment que «l'entreprise fait confiance à ses bonnes performances en télétravail». Cependant, seulement 33% déclarent disposer de «toutes les conditions et ressources pour pouvoir travailler efficacement à domicile».

Selon l'étude, 45% n'ont reçu aucun support ni équipement pour le télétravail (ordinateur, moniteur, clavier, souris, chaise, bureau). Seulement 2,3% avaient accès à un ordinateur portable et à une chaise, seulement 1,5% disposaient d'un bureau.

Environ la moitié ont déclaré que s'ils pouvaient améliorer leur espace de travail à la maison, ils achèteraient une «chaise et un bureau appropriés».

Les trois quarts des répondants ont déclaré n'avoir aucun soutien de la part d'un membre de la société Santé et sécurité au travail pour adapter le mobilier et le matériel informatique afin qu'ils soient plus confortables et plus productifs.

Enfin, 95% ont déclaré n'avoir aucune contribution des entreprises à Internet.

L'ENSP souligne que «l'échantillon de l'étude n'est pas représentatif de la population portugaise», mais représente «une partie de la population qui fait du télétravail et révèle un haut niveau de résilience».

L'étude conclut que «le télétravail en matière de santé (et de sécurité) au travail, comme la soi-disant« uberisation », pose des questions majeures sur la meilleure façon de protéger la santé de ceux qui travaillent et renforce le besoin d'une connaissance plus approfondie et meilleure des relations. entre le travail et la santé de chacun ».

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 436 000 morts et infecté plus de huit millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 522 personnes sont décédées des 37 336 personnes confirmées infectées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe a succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

HN // HB

L'enquête Covid-19: l'enquête révèle que 54% des Portugais sont satisfaits du télétravail apparaît d'abord à Visão.