Plus d’un cinquième des entreprises (21 %) ont déjà atteint un niveau d’activité similaire à ce qu’elles avaient avant la pandémie de covid-19, selon une enquête publiée aujourd’hui par la CIP – Confederação Empresarial de Portugal.

C’est l’un des résultats de la 17ème enquête réalisée dans le cadre du projet « Vital Signs », développé par le CIP, en partenariat avec le Marketing FutureCast Lab de l’ISCTE, qui dispose d’un échantillon de 355 entreprises, dont la majorité (47% ) provient de l’industrie et de l’énergie, des autres services (22 %), du commerce (15 %) et des activités de construction et de l’immobilier (5 %).

Bien que les attentes concernant la reprise de l’activité varient d’un secteur à l’autre, l’étude met en évidence que 21% des entreprises interrogées considèrent qu' »une activité similaire à la période d’avant la pandémie a déjà été réalisée ».

« Il y a déjà plus d’entreprises qui ressentent la reprise de l’activité et, donc, finalement, après un an et demi, l’activité économique commence à bouger et on s’attend à ce que nous puissions atteindre le niveau d’avant la pandémie », a souligné le leader du CIP Óscar Gaspar, lors de la présentation du document.

L’étude indique également, d’autre part, que seulement 10% des entreprises pensent que la reprise aura lieu d’ici la fin de 2021, tandis que 30% pensent que la reprise n’aura lieu qu’en 2022, 17% en 2023 et 6% après cette année-là. .

Óscar Gaspar a souligné, en revanche, que l’opinion des entrepreneurs concernant les programmes de soutien public s’est détériorée ce mois-ci, avec 82% des entreprises estimant qu’elles sont en deçà ou en deçà de ce dont elles ont besoin (contre 79% en juin).

Quant au Plan de Relance et de Résilience (PRR), 60 % des entrepreneurs interrogés estiment qu’il n’aura aucun sens pour l’activité de leur entreprise, 10 % le jugent significatif et 2 % très significatif.

« C’est une énorme préoccupation », a souligné scar Gaspar, ajoutant que « ce que ressentent les entrepreneurs, c’est que le PRR ne les concerne pas ».

Selon le directeur du CIP, la note de mise à jour du PRR sur le pourcentage de contractualisation montre que les contrats réalisés jusqu’à présent ont concerné « zéro entreprise ».

« Ce que nous voyons, c’est qu’il existe un contrat avec des entités publiques », a déclaré Óscar Gaspar.

Les résultats du baromètre CIP révèlent également que 36% des entreprises ont déposé une demande d’aide de l’État au cours des trois derniers mois et 64% n’ont pas déposé de demande, 80% ont répondu que leur demande a été acceptée et 77% ont déjà reçu un soutien.

Le nombre d’entreprises répondantes pleinement opérationnelles a augmenté par rapport à juin de 85 % à 95 %, les entreprises fermées restent à 1 %, tandis que le pourcentage d’entreprises partiellement fermées a également diminué de 14 % à 4 %, indique le document.

À leur tour, 38% des entreprises ont enregistré une baisse des ventes et des services rendus en août par rapport au même mois de 2019, tandis que 31% se sont maintenues et 31% ont augmenté.

La baisse des ventes et prestations de services en août a principalement touché les grandes entreprises (47%), les moyennes (42%) et les microentreprises (39%), mais on note une amélioration par rapport aux valeurs moyennes de juin (46 % décroissant et 25 % croissant).

Par rapport à la période précédant la pandémie, les commandes du carnet de commandes « ont diminué dans beaucoup plus d’entreprises que celles dans lesquelles elles augmentent (27% contre 21%) », mais par rapport à juin, il y a eu « une légère amélioration de cet indicateur » en Septembre.

DF // EA

Contenu Covid-19 : un cinquième des entreprises ont déjà une activité similaire à celle d’avant la première apparition de la pandémie dans Vision.