L’ordonnance, publiée mercredi dans Diário da República, établit que les exigences d’un soutien social extraordinaire pour les artistes, auteurs, techniciens et autres professionnels de la culture, annoncées en janvier comme étant les seules mais entre-temps étendues à trois mois, «doivent être présenté, respectivement pour les mois de mars, avril et mai, aux dates suivantes: a) Entre le 18 février et le 18 mars 2021; b) Entre le 8 et le 21 avril 2021; c) Entre le 3 et le 14 mai 2021 ».

Le formulaire d’avril est disponible aujourd’hui sur: https://apoios.culturaportugal.gov.pt/formf. Et «le support est donné dans l’ordre de présentation» des candidatures.

Le 31 mars, lors d’une réunion avec les représentants des travailleurs, la ministre de la Culture, Graça Fonseca, a annoncé que certains des critères d’octroi de ce soutien, d’un montant de 438,81 euros, correspondant à un indice de soutien social (IAS), qui aurait effets rétroactifs, couvrant ainsi les cas qui ont été exclus en mars.

L’ordonnance dit que «compte tenu des demandes soumises, il était nécessaire d’améliorer certains des critères d’attribution d’un soutien extraordinaire aux artistes, auteurs, techniciens et autres professionnels de la culture».

Ainsi, le gouvernement a ajouté «un critère alternatif pour vérifier l’inscription des travailleurs auprès des finances, ainsi que pour permettre aux candidats d’avoir des revenus du travail pour d’autres, couvrant notamment des contrats de travail à très long terme. À court terme».

Le 31 mars, le ministère de la Culture a confirmé à Lusa qu’il avait ajouté cette «nouvelle possibilité» d’accorder un soutien social extraordinaire, qui peut être exigé «par tous les travailleurs indépendants du domaine de la culture qui, à un moment donné en 2020 , avoir une inscription en tant qu’indépendant en Finance avec CIRS [Código de IRS] ou CAE [Código de Atividade Económica] dans le domaine de la culture ».

Cependant, il a assuré qu’il restait «obligatoire qu’au moment du dépôt de la demande, les travailleurs indépendants soient inscrits à Finance exclusivement en tant qu’indépendants auprès de CAE ou du CIRS principal dans le domaine de la culture».

La tutelle a ajouté que «ce changement s’appliquera, bien entendu, aux demandes non validées qui viendront répondre à la nouvelle exigence».

Cependant, selon le dirigeant syndical Rui Galveias, du Syndicat des travailleurs du spectacle, de l’audiovisuel et des musiciens (CENA-STE), s’adressant à Lusa à la fin de la réunion du 31 mars, au nom des associations professionnelles qui y ont participé, ces changements «Ne correspondent pas entièrement à ce qui est requis».

Ces structures ont conduit à « un ensemble de revendications, qui ont été rejetées », comme, « par exemple, » que les gens avaient droit à un soutien même si le CAE ou le CIRS de Cultura était une activité secondaire « .

«Nous voulions que le critère d’activité ouverte soit 2019 et non 2020, et il a été refusé, et aussi celui qui avait des contrats de travail, qu’à partir du moment où l’activité a lieu devient secondaire, dont la valeur ne dépasse pas un IAS et une activité maintenue, étaient éligibles », a déclaré Rui Galveias.

Le dirigeant syndical a rappelé que «ces gens ne sont pas dans cette situation parce qu’ils le veulent, le problème c’est la réalité qui va à leur encontre, les gens ne sont pas dans la situation du travail indépendant parce qu’ils le veulent, ils le sont parce qu’ils y ont été amenés. « .

Rui Galveias a également souligné que «ces soutiens manquent systématiquement la cible et le problème est que le ministère de la Culture ne sait pas quelle est la cible, et c’est là que tous les problèmes commencent».

Le ministère de la Culture n’a pas commenté les mesures exigées par les structures représentatives du secteur qui ont été refusées.

Lors de la réunion, en plus de la CENA-STE, des représentants de l’Association portugaise des entrepreneurs et artistes de cirque, de l’Association portugaise des techniciens de l’audiovisuel, du cinéma et de la publicité, de l’Association portugaise des réalisateurs, de l’Association des professionnels du spectacle des arts du spectacle, de l’Association pour les arts du spectacle au Portugal, l’Association des structures de danse contemporaine, l’Action coopérative, le Syndicat des travailleurs de l’archéologie et l’Association des artistes visuels du Portugal.

Fin mars, plusieurs travailleurs du secteur, dont des musiciens et des comédiens, ont partagé sur les réseaux sociaux des images du «courriel» qu’ils ont reçu du ministère de la Culture les informant que la demande de soutien avait été refusée.

Dans le même temps, les structures représentatives des travailleurs ont partagé des annonces pour avertir de ce qui s’était passé, et ces positions ont été partagées des heures avant que le ministère n’annonce, dans un communiqué, que «jusqu’à présent, 5 151 demandes de soutien extraordinaire de la part d’artistes avaient été demandées., auteurs, techniciens et autres professionnels de la culture ».

La tutelle n’a pas précisé combien ont vu l’ordonnance validée. Lusa a interrogé le ministère, qui a répondu que « l’information mise à disposition est que 5 151 personnes ont demandé un soutien extraordinaire aux artistes, auteurs, techniciens et autres professionnels de la culture ».

JRS (AL) // TDI

Le Covid-19: Les candidatures ouvertes pour un soutien extraordinaire en avril pour les travailleurs de la culture apparaissent en premier dans Visão.