La situation calamiteuse dans la région autonome de Madère se poursuivra jusqu'au 30 novembre, a déclaré aujourd'hui le gouvernement régional, soulignant que la mesure vise à empêcher la contagion et la propagation du covid-19 dans l'archipel.

La nouvelle déclaration de situation de catastrophe a été faite de 00h00 le 1er novembre 2020 à 23h59 le 30 novembre 2020 et s'applique à l'ensemble du territoire de la région, explique l'exécutif dans un communiqué. , après avoir rencontré le Conseil du gouvernement, à Funchal.

L'exécutif, dirigé par le social-démocrate Miguel Albuquerque, a reformulé la résolution précédente et détermine désormais l'obligation d'effectuer un deuxième test PCR pour l'infection par le SRAS-CoV-2 entre le cinquième et le septième jour après l'atterrissage dans le archipel pour diverses classes professionnelles et étudiants.

La mesure couvre «tous les professionnels qui travaillent dans la région autonome de Madère travaillant dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'enseignement supérieur, de la protection sociale et civile» et qui ont l'intention de reprendre leur pratique professionnelle après avoir atterri dans les aéroports de Madère et de Porto Santo, «sur les vols de tout territoire étranger».

Les étudiants de l'enseignement supérieur et des programmes Erasmus, qui fréquentent l'Université de Madère, ainsi que tous les étudiants de Madère qui fréquentent des établissements situés en dehors de la région doivent également passer un deuxième test au covid-19 entre le cinquième et le septième jour après le atterrissage.

Le gouvernement régional souligne que, pendant cette période, «le plein respect de la surveillance et de l'auto-déclaration des symptômes et des mesures préventives du covid-19» doit être garanti, comme l'utilisation d'un masque de protection individuelle, une hygiène fréquente des mains, étiquette respiratoire et distance physique de deux mètres.

L'exécutif, issu de la coalition PSD / CDS-PP, a également décidé qu'il était obligatoire d'effectuer un test pour les personnes qui ont quitté les aéroports de la région et dont le retour a lieu dans un délai maximum de 72 heures.

Les voyageurs dans cet état, qui auparavant ne passaient pas le test, devront désormais le passer entre le cinquième et le septième jour après avoir débarqué dans l'archipel.

La région autonome de Madère a maintenu sa calamité depuis août.

La calamité est le plus élevé des trois niveaux d'intervention prévus dans la Loi fondamentale sur la protection civile, au-dessus de la contingence et de l'alerte.

La situation de calamité peut être déclarée lorsque, compte tenu de l'événement auquel elle est associée et de son intensité prévisible, la nécessité d'adopter des mesures exceptionnelles pour prévenir, réagir ou rétablir des conditions de vie normales dans les zones touchées par leur effets.

En état de calamité, contrairement à l'état d'urgence (qui est une initiative du Président de la République, approuvée par résolution du parlement), le droit de grève et de manifestation n'est pas interdit.

Selon l'Institut d'administration de la santé (IASAÚDE), la région autonome de Madère enregistre actuellement 109 cas actifs de covid-19, dont 101 ont été identifiés dans le cadre des activités de surveillance mises en œuvre à l'aéroport de Madère et huit concernent la transmission locale. .

DC // MCL