Les deux recommandations font partie d’un guide de l’Union européenne (UE), publié aujourd’hui, avec des lignes directrices pour « la reprise en toute sécurité des activités dans le secteur culturel et créatif » dans tous les États membres, et dont l’impact de covid-19 « a été particulièrement fort dans les deuxième et quatre trimestres » de 2020.

« Des efforts plus coordonnés et adaptés sont nécessaires dans tous les États membres pour permettre au secteur de reprendre progressivement et en toute sécurité ses activités et de devenir plus résilient et préparé aux crises futures », indique le document.

Pour une « réouverture en toute sécurité » de l’activité culturelle, allant des représentations musicales à la jouissance des musées, la Commission européenne recommande, par exemple, que les employeurs favorisent la vaccination des travailleurs dans le domaine de la Culture, en tenant compte des plans nationaux de vaccination .

Il est également recommandé aux États membres d’utiliser le certificat numérique covid de l’Union européenne – qui entre en vigueur jeudi – « pour garantir un accès et une participation sûrs aux activités culturelles ».

La Commission européenne rappelle que les événements expérimentaux organisés « à travers l’Union européenne » ont démontré que « peu de cas de covid-19 étaient associés à la diffusion d’événements culturels ou dans leur contexte », et encourage les États membres à diffuser des données sur ces mêmes événements pilotes. .

Le Portugal a organisé quatre événements tests, entre avril et mai, à Braga, Coimbra et Lisbonne, avec le public assis et debout, en plein air et dans une salle de concert, mais environ deux mois plus tard, les conclusions ne sont pas encore connues.

Le 15 juin, la direction générale de la santé (DGS) a admis à Lusa que le processus de traitement des données collectées lors de ces quatre événements était chronophage, car il était «nécessaire de faire correspondre les informations d’identification qui ont été utilisées pour accéder aux événements. avec le numéro d’utilisateur du Service national de santé ».

Une source de la DGS a déclaré à Lusa que le retard n’est pas dû à une erreur technique ou informatique, comme l’ont souligné les associations représentant le secteur du divertissement.

L’objectif de ces événements était de définir, selon le gouvernement, « de nouvelles directives techniques et la réalisation de tests de diagnostic SARS-CoV-2 pour les spectacles et les festivals ».

La Commission européenne précise en outre que les établissements culturels « devraient veiller à ce que les coordonnées des membres du public soient disponibles si nécessaire pour la recherche des contacts » et que les participants « aux événements majeurs devraient être surveillés et les foyers identifiés et investigués ».

Dans ce guide, la Commission européenne précise que les États membres doivent soutenir le secteur culturel, répondre « aux besoins des groupes particulièrement touchés par la pandémie, et veiller à ce que l’accès des groupes vulnérables à la culture reste une priorité ».

Tenant compte du fait que de nombreuses activités culturelles trouvent une partie de leur survie et de leur audience dans des événements « en ligne » sur Internet, la Commission européenne estime que « des mesures devraient être encouragées pour faciliter l’implication et la compréhension des publics numériques ».

Au second semestre de cette année, la Commission européenne mettra en place un groupe d’experts « pour comprendre les audiences numériques, qui se concentrera sur les enseignements tirés des pratiques et innovations liées au covid-19 », pour fidéliser en ligne.

L’UE rappelle que les États membres devraient « tirer pleinement parti » du mécanisme de relance et de résilience pour « se remettre de l’impact négatif de la pandémie » autour des activités créatives et culturelles.

Le plan de relance et de résilience du Portugal, dans le volet culturel, disposera de 243 millions d’euros à appliquer jusqu’en 2025, en prédominant, entre autres, la modernisation de l’infrastructure technologique du réseau d’équipements culturels, la rénovation des cinémas et l’art public centres contemporains, et l’installation de la National Sound Archive.

SS // MAG

Covid-19 : l’UE veut un certificat numérique pour la culture et le contenu de surveillance des données d’audience apparaît pour la première fois dans Vision.