Avec les produits dans des sacs plastiques ou à la main, hommes, femmes, adolescents et même enfants circulent dans les avenues, les rues, les arrêts de transport et autres lieux animés pour pouvoir «rapporter de l'argent à la maison».

«Mon magasin, maintenant, ce sont mes mains», se lamente Jorge Olímpio, 36 ans, père de quatre enfants et avec la femme enceinte du cinquième, alors qu'il suit un groupe de jeunes qui passent dans la rue, montrant les baskets dans ses mains .

«J'avais tellement faim, j'ai failli emmener ma famille au commissariat de mon quartier pour demander un abri et de la nourriture», révèle le vendeur de chaussures, qui avait un étal sur la promenade de l'Avenida Guerra Popular, dans le centre-ville de la capitale mozambicaine.

Le 13 mars, le conseil municipal de Maputo a ordonné l'expulsion de tous les commerçants qui travaillaient dans des endroits inappropriés, des trottoirs, des routes et des coups de poing de la ville, ce qui a conduit, à l'époque, à une émeute des vendeurs pour protester contre la mesure.

À Maputo, un peu de tout est vendu dans les rues: gâteaux, collations, fruits, œufs à la coque, cacahuètes grillées, noix de cajou, jus de fruits, eau, chaussures, produits d'entretien, vêtements, cosmétiques et même accessoires de voiture.

Certains produits sont portés sur la tête, d'autres sur l'épaule et le cou et certains dans les mains.

«Mes filles ont grandi grâce à cette entreprise», explique Jorge Olímpio.

Depuis que la vente des trottoirs a été interdite, la police mozambicaine a sillonné les rues et les avenues pour expulser les vendeurs qui insistent pour rendre et même saisir leurs produits.

Chaque fois qu'ils voient l'uniforme de la police, les vendeurs précipitent les produits dans des sacs en plastique et se cachent.

«Nous fuyons la maladie, nous fuyons la police et risquons d'être écrasés», dit Jorge Olímpio, en sortant à nouveau les baskets blanches du sac en plastique, peu après le passage des agents.

Le revenu du ménage a été retardé de quatre mois et lors des consultations prénatales, le médecin s'est plaint de la malnutrition de sa femme.

«Je l'ai regardée et lui ai demandé, que vais-je faire? C'est une honte », dit-il.

Marta Samuel, veuve et mère de trois enfants, a peur d'être arrêtée par la police, qui a déjà pris ses deux seaux de samoussas (chacun à cinq meticais, six centimes d'euro), mais toujours de retour dans la rue.

«Je ne vends pratiquement qu'aux gens qui me connaissent déjà et qui aiment mes samoussas», a-t-elle déclaré, sans cacher sa peur: «J'ai peur à cause de la police».

Son mari était la seule source de revenus et quand elle est décédée il y a deux ans, Marta, 36 ans, a parié sur la vente de samoussas pour garder la maison.

Dans la rue, il a vendu un seau de 150 samoussas en moins de deux heures, mais aujourd'hui il en faut plus de trois et parfois il revient encore à la maison avec quelques-uns.

Au lieu de s'éloigner, le vendeur ambulant doit se rapprocher de plus en plus des gens pour vendre.

Un adolescent de 18 ans qui préfère l'anonymat en est bien conscient et qui vend du «matoritori», un bonbon à base de noix de coco râpée, dans un terminal de transport du centre-ville de Maputo.

Né dans la province de Gaza, il s'est rendu dans la capitale à la recherche de meilleures opportunités pour aider sa famille après avoir perdu son père prématurément.

«Chaque fois que je reçois de l’argent, je l’envoie à ma mère et quand je peux y aller pour le livrer personnellement», dit-il, accompagné de quatre autres garçons qui vendent également des «matoritori».

Il avoue qu'il n'a pas pu envoyer d'argent ces derniers temps, car il ne peut même pas gagner assez pour se nourrir.

«Il n'y a pas d'argent à cause du coronavirus», déplore l'un des adolescents.

Si auparavant ils ont pu rentrer chez eux à 14 heures avec la vente faite, aujourd'hui, avec covid-19, ils ne parviennent à quitter les rues qu'à 21 heures, parfois sans argent et au risque de ne pas trouver de transport.

Le Mozambique a jusqu'à présent enregistré un total de 3195 cas positifs du nouveau coronavirus, 20 décès et 1406 personnes récupérées, selon les autorités sanitaires.

LFO // JH

Le contenu de Covid-19: les vendeurs de rue à Maputo défient la maladie pour échapper à la faim apparaît en premier à Visão.