Les données font partie du baromètre annuel sur la perception de la culture au Portugal, promu par la plateforme de générateur, publié aujourd'hui sur le festival en ligne et le forum de discussion Oeiras Ignição Generator. L'étude souligne également la reconnaissance de l'insuffisance du soutien public à la culture, pendant la pandémie, en termes sociaux, fiscaux et financiers, par plus de la moitié de la population.

L'étude, réalisée par le cabinet de conseil Qmetrics for Generator, a été réalisée auprès d'un échantillon de 1201 personnes, issues d'un univers de 300000, à partir de 15 ans, du Portugal continental et des îles, conçues afin de respecter les caractéristiques de la population. Les entretiens ont eu lieu entre le 20 avril et le 7 mai.

Selon les données compilées, 55,4% des répondants considèrent que, pendant la pandémie et à la maison, ils avaient les mêmes niveaux de consommation d'activités et de produits culturels par rapport à la période pré-covid-19.

Environ 17% ont admis avoir consommé plus de culture et 24% ont déclaré avoir réduit leur consommation de culture, que ce soit en regardant un film, en lisant un livre ou en regardant une pièce de théâtre.

La majorité (57%) a également estimé que l'État n'était pas en mesure de soutenir la culture pendant la pandémie et qu'il aurait dû mettre à disposition davantage de ressources financières, fiscales et sociales.

Pour 59,5% des répondants, la culture peut jouer un rôle plus important dans cette phase de l'expérience, compte tenu de la présence d'un nouveau coronavirus, et 10,7% considèrent qu'elle est moins importante.

Pendant la période de restrictions de circulation, 60,9% des Portugais ont effectué des achats sur Internet et, dans le cas de Culture, ils ont principalement acheté des livres (23,4%) et des films ou séries (8,4%).

Au cours de la même période, plus de 93% des répondants ont regardé des films, 55% ont vu un concert sur Internet ou à la télévision et 21,6% ont vu du théâtre.

Bien que les restrictions de circulation aient perduré, 34,2% étaient disponibles pour payer pour voir un film ou une série et 20% pour voir un concert sur Internet.

Face à un scénario de retour à la normale, en septembre ou janvier, les répondants portugais sont plus confiants et plus sûrs en 2021 et 82,8% considèrent que chaque personne a la responsabilité de prévenir la propagation du virus.

En supposant qu'en 2021, il n'y aura pas de restrictions de mouvement, 49,6% des Portugais interrogés déclarent qu'ils envisagent de retourner aux festivals de musique et, 48,5%, aux salles de concert.

Pendant la période de détention, l'accès à l'information s'est principalement fait par le biais de la télévision, des réseaux sociaux et des sites de médias.

"Les journaux et magazines sur papier sont un média, effectivement, en désuétude dans tous les groupes d'âge, alors que les réseaux sociaux sont extraordinairement forts entre 15 et 34 ans", précise l'étude.

Interrogés sur le soutien à la culture, 85% des répondants ont déclaré que les entreprises devraient investir et soutenir davantage le secteur.

Le festival en ligne Oeiras Ignição Generator, qui se déroule jusqu'à samedi, a la participation de «plus de 40 noms de la culture et de la créativité», dont Vhils, Salvador Sobral, Grada Kilomba, Capicua, Matilde Campilho et Rui Horta, à qui comprend le commissaire du Plan national des arts, Paulo Pires do Vale, et le ministre de la Culture, Graça Fonseca.

SS / (JRS) // MAG

Contenu de Covid-19: les Portugais ont maintenu leur consommation de Culture et reconnu le manque de soutien au secteur – L'étude apparaît d'abord à Visão.