Les mesures restrictives du trafic aérien ont été prolongées aujourd’hui jusqu’au 16 mai, seuls les voyages essentiels étant autorisés pour les passagers des vols en provenance d’Afrique du Sud, du Brésil, d’Inde ou d’autres pays à haut risque, a-t-on annoncé aujourd’hui.

Le ministère de l’Administration interne (MAI) a publié aujourd’hui une note indiquant que dans le contexte de la situation épidémiologique causée par le virus SRAS-CoV-2, le gouvernement a décidé de prolonger, jusqu’à 23 h 59 le 16 mai 2021, les mesures restrictives du trafic aérien.

Les passagers des vols en provenance d’Afrique du Sud, du Brésil, d’Inde ou de pays dont le taux d’incidence de Covid-19 est égal ou supérieur à 500 cas pour 100000 habitants au cours des 14 derniers jours, ne peuvent effectuer que les voyages essentiels et doivent se conformer, après leur entrée Portugal continental, une période d’isolement prophylactique de 14 jours, à domicile ou dans un lieu indiqué par les autorités sanitaires.

Ils figurent sur la liste de ces pays, outre l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde, Chypre, la Croatie, la France, la Lituanie, les Pays-Bas et la Suède.

MAI ajoute que les déplacements essentiels ne sont également autorisés que pour les personnes qui viennent de pays tiers et de pays dont le taux d’incidence est égal ou supérieur à 150 cas pour 100 000 habitants.

La liste de ces pays comprend l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, la Slovaquie, la Slovénie, l’Estonie, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la Hongrie, la Lettonie, le Liechtenstein, le Luxembourg, la Pologne, la Roumanie et la Suisse.

Les voyages essentiels sont ceux destinés à permettre le transit ou l’entrée au Portugal de citoyens voyageant pour des raisons professionnelles, d’études, de réunion de famille, de santé ou humanitaires.

Tous les citoyens qui arrivent au Portugal par avion (à l’exception des enfants de moins de 24 mois) doivent présenter une preuve de test de laboratoire (RT-PCR) pour le dépistage de l’infection SARSCoV-2, avec un résultat négatif, effectué dans les 72 heures avant au départ.

Les passagers arrivant sur le territoire national sans preuve d’avoir effectué le test doivent le réaliser à l’intérieur de l’aéroport, à leurs frais, et doivent attendre le résultat à l’aéroport lui-même.

Dans le communiqué de presse, l’AMI a déclaré que la résolution du Conseil des ministres déclarant la situation de catastrophe est également en vigueur, mesures applicables aux citoyens qui se rendent au Portugal par voie terrestre ou fluviale, selon les pays d’origine.

Les citoyens qui pénètrent sur le territoire national par voie terrestre ou fluviale, en provenance de pays de plus de 500 cas pour 100 mille habitants, doivent respecter une période d’isolement prophylactique de 14 jours, à domicile ou dans un lieu indiqué par les autorités sanitaires.

Cette mesure est également applicable aux citoyens qui, quelle que soit leur origine, ont quitté l’Afrique du Sud, le Brésil ou l’Inde, dans les 14 jours précédant leur arrivée au Portugal.

GNR, PSP et SEF effectueront des contrôles mobiles sur les véhicules de transport public de passagers, les camping-cars et les véhicules légers, pour informer les citoyens des obligations auxquelles ils sont soumis et pour contrôler le respect de la mesure.

Les citoyens qui voyagent au Portugal doivent remplir le formulaire disponible sur la plateforme travel.sef.pt, avec les données d’identification des personnes couvertes transmises aux autorités sanitaires pour se conformer à la mesure d’isolement.

Le Portugal continental est entré aujourd’hui dans la dernière phase du plan de déconfination, avec la réouverture des frontières terrestres, mais avec l’Inde rejoignant la liste des restrictions aux arrivées, et avec une quasi-normalité dans le commerce et la restauration.

Le Conseil des ministres de jeudi a approuvé la transition vers la dernière phase du plan de déconfination, après avoir décidé que le pays quitterait l’état d’urgence pour surmonter la situation de calamité, compte tenu des chiffres contrôlés liés à la pandémie de covid-19. Le Portugal.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 3 168 333 décès dans le monde, résultant de plus de 150,4 millions de cas d’infection, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 16 974 personnes sont décédées des 836 493 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

GC / CMP // EA

Le contenu de Covid-19: les mesures restrictives du trafic aérien prolongées jusqu’au 16 mai apparaît en premier dans Vision.